Comment éviter le mascara qui coule ?

La chaleur, l’humidité, la transpiration, le vent, le froid, les larmes, un excès de sébum à la surface de la peau ou, plus récemment, le port du masque …. Tous ces éléments peuvent mettre notre make-up à rude épreuve et nuire à la bonne tenue de notre mascara. 

Heureusement, plusieurs techniques existent pour éviter les bavures et faire en sorte que le mascara ne bouge pas d’un cil.

On mise sur une formule waterproof 

Pour éviter les transferts, rien de tel que les mascaras waterproof qui résistent à l’eau et à tous les petits aléas du quotidien. À la différence des mascaras classiques, leurs formules contiennent de l’isododécane, un solvant hydrophobe qui n’est pas soluble dans l’eau et qui la rejette pour éviter que la matière ne migre. 

S’ils s’appliquent de la même manière que les autres mascaras, leur démaquillage implique en revanche quelques spécificités. Pour faire peau nette, on choisit un démaquillant bi-phasé qui contient une phase huileuse pour dissoudre parfaitement le maquillage et une phase aqueuse pour éliminer la sensation de gras sur les paupières. On l’applique en compresse sur les yeux, on laisse poser quelques secondes puis on retire délicatement le mascara.

Enfin, on vaporise un peu d’eau thermale sur ses yeux pour parfaire le démaquillage et apaiser les paupières.

On adopte les bons gestes au moment de l’application

Pas de mascara waterproof sous la main ? Certains gestes peuvent changer la donne et empêcher les mascaras classiques de dégouliner au premier coup de chaud. 

“La poudre est une bonne astuce pour faire obstacle au mascara qui bave, nous confie Margaux Jalouzot, make-up artist L’Oréal Paris. En effet, les anti-cernes et les fonds de teint peuvent parfois laisser une texture un peu grasse sur la peau, qui accroche facilement le mascara. En poudrant légèrement les paupières supérieure et inférieure, on crée comme une barrière qui empêche les transferts.”

Contre les transferts, une autre astuce consiste à appliquer une fine couche de base de fard à paupières au-dessus et en dessous de l’œil. “C’est encore plus efficace que la poudre qui a tendance à s’éclipser au cours de la journée”, assure la professionnelle.

Pour celles qui appliquent également du mascara sur leurs cils du bas, façon Twiggy, Margaux Jalouzot recommande la technique suivante : “On commence par maquiller les cils supérieurs d’un oeil, puis on remet le goupillon dans le tube pour reprendre de la matière et on s’attaque ensuite aux cils supérieurs du deuxième oeil. Avec ce qu’il reste de produit sur la brosse, on travaille enfin les cils du bas. La formule aura légèrement séché, ce qui évitera les bavures. Si les cils du bas sont un peu trop longs, on enlève délicatement le surplus de mascara à la pointe des cils avec ses doigts.” 

Ultime conseil de notre experte : “Au-delà des facteurs météorologiques et émotionnels, il faut aussi prendre en compte la physiologie des cils. Le mascara appliqué sur des cils droits ou tombants aura plus de chance de rentrer en contact direct avec la peau et donc de couler. Dans ces cas-là, l’utilisation d’un recourbe-cils juste avant l’application du mascara est très utile.”

Les faux-cils, la parade anti-yeux de panda

Autrefois réservé aux événements importants, notamment les shootings et mariages, les faux-cils se portent désormais au quotidien pour afficher des cils volumineux et parfaitement recourbés sans maquillage. 

“En France, on constate un réel engouement pour les faux-cils depuis 4-5 ans”, analyse Diane Kraemer, CEO Ardell France. Il faut dire que les faux-cils des années 2020 n’ont plus rien à voir avec les faux-cils d’antan ! Moins factices et plus simples à poser, ils se fondent désormais en toute discrétion dans les cils originels pour décupler leur volume et leur densité.

“Il existe deux catégories de faux-cils, explique notre experte. Les faux-cils synthétiques, qui sont peu malléables et assez lourds, et les faux-cils naturels, créés à partir de vrais cheveux, qui sont moins rigides, plus fins et plus légers. Ce sont les préférés des Françaises car le rendu est beaucoup plus raffiné”.

Côté pose, les techniques ont aussi énormément évolué. “À la base, il fallait mettre de la colle sur la frange de cils artificiels et la fixer tant bien que mal sur les yeux. Cela rebutait les femmes qui avaient peur de mal s’y prendre et de voir leur faux-cils dégringoler en plein rendez-vous. Maintenant, avec les nouvelles techniques, poser des faux-cils est devenu un jeu d’enfant. Il existe des faux-cils magnétiques, des faux-cils à tremper dans l’eau… Il n’y a plus besoin de colle et ça tient toute la journée !”, assure Diane Kraemer.

Peut-on alors se passer de mascara ? Presque… “Pour un joli résultat, il est recommandé d’appliquer du mascara après la pose afin de bien mélanger les cils et les faux cils, conseille Diane Kraemer. Mais si l’on veut éviter le mascara qui coule, il suffit tout simplement d’utiliser un mascara transparent qui ne laisse aucune trace.”

On teste les techniques de maquillage permanent 

Pour un résultat longue durée, on peut aussi se tourner vers les techniques de maquillage permanent. 

Idéal avant un départ de vacances ou un mariage, le mascara semi-permanent est une solution indolore, pratique et esthétique qui épaissit les cils et leur donne fière allure pendant plusieurs jours. “Il s’agit d’une matière gainante que l’on vient minutieusement déposer sur la frange de cils, explique Joss Devilleneuve, fondatrice de L’Atelier du Sourcil. L’effet est le même qu’avec un mascara classique sauf qu’il dure entre 2 et 3 semaines.”

Adaptée à tout le monde – sauf aux personnes ayant les cils très clairsemés ou sensibilisés – cette technique garantit un regard impeccable et sans bavure même en plongeant la tête sous l’eau. “Pour maximiser sa tenue, mieux vaut éviter les corps gras comme les huiles pour le visage”, conseille Joss Devilleneuve. Au retour des vacances, un passage en institut s’impose pour faire des retouches ou retirer son mascara semi-permanent dans les règles de l’art afin de ne pas abîmer les cils.

Petite précision toutefois : le mascara semi-permanent ne recourbe pas les cils. “Si on a les cils tombants, plats ou droits, il peut être judicieux de combiner la pose de mascara semi-permanent avec la technique du Rehaucils®”, recommande Joss Devilleneuve. Comme son nom l’indique, cette prestation consiste à rehausser les cils de façon très naturelle. Peu contraignant puisqu’il ne nécessite aucun entretien particulier et dure jusqu’à 6 semaines, le Rehaucils® agrandit et embellit le regard instantanément.

“Pour un effet plus sophistiqué, il est également possible d’y ajouter une teinture et quelques extensions de cils afin de donner une belle profondeur au regard”, complète Joss Devilleneuve.

Comptez à peu près 60 euros pour la pose de mascara semi-permanent, 80 euros pour un rehaussement, 25 euros pour une teinture et une centaine d’euros pour des extensions.

  • Des sourcils parfaits grâce au maquillage
  • Cils : comment avoir des cils longs et recourbés ?

Source: Lire L’Article Complet