"Matrix", "West Side Story", "Tromperie" : les parfums font leur cinéma

Du rêve, de la séduction, des émotions… L’alchimie des senteurs et la magie des films puisent aux mêmes sources. Blockbuster ou romance sentimentale, à chacune son scénario olfactif.

Vingt-quatre sillages seconde… Ce n’est pas le nombre de lancements de la saison mais presque. Et tous cherchent à tenir le rôle principal dans nos vies en squattant petits et grands écrans. Le monde des senteurs a toujours inspiré les cinéastes… Et les actrices. Les plus grandes se sont «prêtées aux jus». Les flacons ont aussi fait pas mal de figuration dans les films. Notamment ceux de Guerlain : L’Heure Bleue dans un James Bond, Au service secret de Sa Majesté ; Vol de Nuit dans Violette Nozière, de Claude Chabrol…

On chuchote que Chamade aurait été composé en 1969 en hommage à Brigitte Bardot… Mais dans Le Dernier Métro, de François Truffaut, Catherine Deneuve porte Arpège de Lanvin. Sans compter les acteurs et actrices nez : Yves Montand dans Le Sauvage, de Jean-Paul Rappeneau. Alain Chabat dans Prête-moi ta main, d’Éric Lartigau, ou Emmanuelle Devos dans Les Parfums, de Grégory Magne. N’oublions pas Le Parfum, de Tom Tykwer, d’après le livre de Patrick Süskind. Les sorties cinématographiques de cette fin d’année étant propices aux projections, on ne s’est pas privées d’inventer quelques séquences…

En vidéo, « West Side Story », la bande-annonce

Un soupçon d’anticipation

On s’offre les premiers frissons en passant par Dune… et sa muglerissime déesse, incarnation de la fragrance Alien Goddess, qui annonce un avenir lumineux, apaisé mais pas gnangnan. «Aujourd’hui, on a besoin de puissance, estime Sandrine Groslier, présidente de la mode et des parfums Mugler. À l’heure de la distanciation sociale, le parfum devient un nouveau point de contact et doit assumer une forte personnalité. Chez Sephora, on a trois secondes pour plaire.» Et côté puissance, on peut faire confiance à Mugler, marque phare des pop stars, qui a la démesure dans le sang. Eau de coco, jasmin, vanille en overdose. Ce bouquet floral boisé et solaire est incarné par Willow Smith, sacrée par Time Magazine comme la personnalité la plus influente de la «Gen Z» : celle qui veut changer le monde. Pionnière des parfums ressourçables, Mugler coche toutes les cases de l’écoresponsabilité.

Sur la planète Parfum arrive aussi un mystérieux monolithe doré signé Dolce & Gabbana … The One Gold, symbole d’une féminité affirmée, réenchante l’univers de prune juteuse avant de le couvrir de fleurs opulentes et de sortir son totem de sensualité patchouli-vanille-musc. Travelling avant… Une flasque argentée clignote en haut d’une montagne magique. C’est l’Eau de Parfum Moncler pour femme, prête à vous envelopper d’une doudoune olfactive et à vous emmener en expédition sur des sommets boisés et enneigés. Avant-gardiste, le flacon est doté d’un écran LED qui permet de télécharger un message lumineux personnalisé via une appli. Retour vers le futur toujours, avec Phantom, de Paco Rabanne, et son flacon robot. Citron, vétiver, lavande, vanille… Le jus, conçu grâce aux neurosciences, délivrerait même un message de bien-être au cerveau. Le héros de Matrix 4, Keanu Reeves peut en avoir besoin…

L’empreinte des sagas familiales

INTEMPORELS – Eau de Parfum Classique, Jean Paul Gaultier ; Eau de Parfum Ginger Twilly, Hermès ; Eau de Parfum Vanilla Diorama, Christian Dior Paris ; Eau de Parfum N° 5, Édition limitée 2021, Chanel.

Des grands classiques qui se diffusent de mères en filles et se réinventent sans cesse… La transmission inspire aussi bien les scénaristes que les parfumeurs. À 100 ans, le N° 5 de Chanel en a fait des films et des enfants ! La seule fille reconnue officiellement, c’est N° 5 L’Eau, mais on ne compte plus les cousins. Connaissez-vous ce petit carré de soie Hermès qui relie les générations ? C’est le Twilly. Il est devenu spaghetti de soie qui s’enroule autour du bouchon du flacon Twilly Eau Ginger, dont les ados raffolent. Et Vanilla Diorama ? C’était le gâteau préféré de Christian Dior, vanille glacée à l’orange et au chocolat amer. François Demachy lui rend hommage avec un entremets olfactif, allégé en sucre mais fouetté d’agrumes, arrosé d’un filet de rhum et d’une vanille d’exception. Une ode à la douceur du lien maternel.

Toujours généreuse, la silhouette du parfum Classique de Jean Paul Gaultier s’offre, pour les fêtes, un corset de laine très mère Noël comme une extravagante plongée en enfance… Zoom sur une autre épopée familiale : «Caron is back. Et pas seulement son icône, Pour un Homme», annonce Ariane de Rothschild qui fait entrer la marque au XXIe siècle. Sa fille de 19 ans, Olivia, a imaginé un astucieux building de flacons empilables tandis que le parfumeur Jean Jacques crée et recrée avec passion. «Caron, c’est la femme française mystérieuse, avec une forte personnalité, une marque audacieuse, du luxe généreux et écoresponsable», précise celle qui avoue aimer «les parfums énormes à sillage. Le neutre n’a plus sa place !» Almodóvar serait d’accord.

Le souffle des histoires d’amour

PASSIONNELS – Eau de Parfum N’aimez que moi, Caron ; Eau de Parfum Shalimar Millésime Vanilla Planifolia, Guerlain ; Eau de Parfum Lolita Lempicka ; Eau de Parfum Libre Collection Noël, Yves Saint Laurent.

De la passion, du plaisir, des infidélités… Pas de fragrances sans dépendance. La plus belle histoire est sans doute celle de Shalimar de Guerlain, le premier oriental de la parfumerie, hommage à l’amour du Shah Jahan pour la princesse Mumtaz Mahal, dans l’Inde du XVIIe siècle. Nous sommes en 1925 et Jacques Guerlain ose une surdose d’éthylvanilline. Bonjour la révolution érotique ! Le feu couve toujours, mais comme La Loi du désir change tout le temps, la parfumeuse Guerlain, Delphine Jelk, signe une édition Millésime Shalimar Vanilla Planifolia, véritable ode à la vanille, la matière première la plus addictive au monde. Dans son flacon Art déco, cette liqueur ambrée à «hot valeur ajoutée» va en faire chavirer plus d’un, comme Harrison Ford dans le film Working Girl.

Libre d’aimer, de choisir, d’expérimenter, de tromper, de se tromper… Dua Lipa, l’héroïne d’Yves Saint Laurent, n’a peur de rien. Pour les fêtes, l’Eau de Parfum Libre s’est trempée dans l’or mais son accord lavande, fleur d’oranger, vanille est toujours un manifeste «floral sexy cool». Il reste une pomme de volupté à croquer, celle du Parfum Lolita Lempicka, qui fête bientôt ses 25 ans. L’âge où tout est permis. Le combo anis-cerise-violette-réglisse a toujours de quoi mettre les sens en appétit. Un dernier message à faire passer ? Confiez-le aux parfums D’Orsay, dont les noms sont plus que suggestifs : Nous sommes amants, À cœur perdu, Il n’y a pas de bien ni de mal, C’est toujours agréable d’être attendu, Acte d’amour furtif…

Le sillage des comédies musicales

Fleurs ou musique… Il y a toujours des notes, des compositeurs, des accords qui donnent envie d’entrer en piste. Le ballet commence en douceur avec La Vie est belle de Lancôme, toujours à la pointe au hit-parade mondial. Pour les fêtes, elle propose une édition limitée, ornée d’une étoile filante Eli Grita, une marque de prêt-à-porter qui veut donner confiance aux femmes. Pretty Woman, c’est vous. Tout est grâce, mouvement et fluidité dans le flacon Dancing Blossom de Louis Vuitton, redessiné par Frank Gehry. Quant au jus, un bouquet floral «puissant mais pas lassant, c’est un tourbillon de pétales qui donne la sensation de flotter au-dessus du monde», dixit son créateur, Jacques Cavallier-Belletrud. Ça donne envie de sauter le pas.

À écouter : le podcast de la rédaction

On peut encore hausser le ton avec l’Eau de Parfum Voce Viva Intensa de Valentino, aussi vibrante que sa diva Lady Gaga. Elle vous accroche avec un swing d’agrumes, passe le relais à un gros chœur de fleurs blanches, casse le rythme avec un accord mousse cristal inédit avant qu’en final, la vanille Bourbon vienne adoucir les mœurs. Hymne à la passion avec l’Eau de Parfum Rouge L’Interdit de Givenchy… Orange sanguine, gingembre, piment, bois fumés… Tout est fait pour embraser les sens et monter au combat avec Rooney Mara comme égérie underground. Ça ne va pas faire baisser la fièvre des samedis soirs.

Source: Lire L’Article Complet