01/30/2023

Le Shavasana (savasana) qui signifie littéralement "la posture du cadavre" est un asana indispensable au yoga puisqu’il termine la séance. Le shavasana permet un vrai lâcher-prise. Les explications de Annsonia Baudelot, professeur de yoga au studio Modo Yoga à Paris.

  • Définition
  • Tuto
  • Bienfaits
  • Précautions

Qu'est-ce que le shavasana ? 

Chaque séance de yoga se termine par un moment de relaxation qui se fait par l'intermédiaire de la posture  shavasana (en sanskrit), appelée également posture du cadavre. Le nom peut surprendre, mais a une signification tantrique. Cet asana permet de recevoir la pulsation de la vie, même si on la pratique immobile. "C'est la relaxation totale du corps", explique Annsonia Baudelot. "Dans la pratique du yoga, il existe 8 piliers. Le 8e est samadhi, le lâcher-prise. On est conscient de son corps tout en étant dans une sensation d'extase. La posture du shavanasa permet cet état méditatif. "

Comment bien faire la posture shavasana ?

C'est une posture simple car il suffit de s'allonger le dos sur le sol, jambes et bras écartés, les paumes de mains tournées vers le ciel et les yeux fermés. C'est cette immobilité, parfois difficile à trouver qui va permettre une détente profonde. Il faut aussi arriver à faire le vide dans sa tête et chasser les pensées afin de laisser le corps s'enfoncer doucement dans le sol.

"Il n'y a pas d'effort du corps, pas de travail veineux, ni de stimulation de la circulation sanguine ", ajoute la professeur de yoga.  Avant d'arriver en shavasana, la professeur recommande de passer par une technique de respiration à 4 temps, en étant déjà allongé dos sur le sol : on inspire sur 4, on bloque la respiration sur 4 et on expire sur 4. "Cela permet de revenir sur un rythme cardiaque plus lent, pour entrer doucement dans la posture de shavasana et de pouvoir prendre tous les bénéfices de cet asana.  Le shavasana doit être confortable. Si on a le bas du dos qui tire on peut placer un bolster ou un bloc sous les cuisses pour soulager le bas du dos." Pour pouvoir plonger davantage dans cet état méditatif, il est aussi possible "de se couvrir les yeux pour atterrir encore plus." Une fois la position confortable trouvée, "on fait un scan du corps, en relâchant muscle après muscle. On desserre la mâchoire, on visualise qu'on relâche la racine des cheveux…. Ce sont beaucoup de visualisations pour entrer dans cette posture. C'est un état de relaxation en pleine conscience pour permettre un vrai lâcher-prise."

Quels sont les bienfaits de cette posture ?

"On passe au moins 5 minutes dans cette posture à la fin de la pratique. C'est un endroit où l'on recharge le corps et où l'on prend tous les bénéfices du cours ", souligne Annsonia Baudelot. Cette posture, au-delà de la relaxation et du lâcher-prise, réduit aussi la pression artérielle grâce à la position allongée.  "Cela favorise aussi une détente musculaire et nerveuse." C'est donc une posture essentielle à la pratique de yoga, car elle représente un abandon total du corps et de l'esprit et permet de se vider de ses pensées et de sortir de la séance de yoga apaisé. Elle améliore aussi la concentration, permet de prendre conscience de son corps et d'apprendre à vivre en pleine conscience, ancré dans le moment présent.

  • Respiration et relaxation : technique, bienfaits, pour dormir

  • Méditation de pleine conscience : définition, comment pratiquer ?

Quelles sont les précautions à prendre ? 

Aucune précaution requise pour cette posture, accessible à tous. "On peut en revanche doubler le tapis si on a des problèmes de colonne vertébrale. On peut aussi couvrir le corps avec une couverture chaude et épaisse pour favoriser encore plus la détente ", conclut la professeur de yoga.

Source: Lire L’Article Complet