1 Heure avec… Alicia Aylies : "Je ne suis pas prête à me caser"

Se contenter de sourire ? C’est terminé ! Miss France 2017 a décidé de donner de la voix, en sortant un premier single. L’occasion de nous parler de son parcours, en mode cash.

Public : Vous aviez envie de faire de la musique depuis longtemps ?

Alicia Aylies : J’ai toujours chanté, pour mes amis, ma famille… J’ai même pris des cours en 6e, que j’ai dû arrêter pour des questions financières : ma mère s’occupant seule de moi, elle ne pouvait plus les payer. Mais il y a deux ans, j’ai eu envie de tenter ma chance. J’ai enregistré le titre Mojo début 2020. Avec le Covid, on a préféré attendre pour le sortir : ça m’a fait travailler la patience, ce qui n’est pas ma qualité première !

Vous travaillez à un album ?

Depuis un an, on a enregistré huit autres morceaux. Je suis prête pour la suite !

Quelles sont vos inspirations ?

J’aime plein d’univers différents. Beyoncé et Rihanna évidemment, mais aussi Jorja Smith, Alicia Keys, Burn out Boys, Cardi B… J’écoute beaucoup de musique. Le matin, je suis avec mon café et mes écouteurs. Il ne faut pas me parler !

Vous avez toujours eu besoin de moments de solitude ?

Oui. J’aime être avec mes amis, mais j’ai besoin de temps à moi. Petite, j’étais toujours avec ma mère, assez peu avec des gens de mon âge. Et j’étais très focus sur le sport : j’ai fait de l’escrime de mes 4 à 16 ans, mon projet était d’aller aux J.O.

« Quand tu gagnes Miss France, tu te sens seule. Tu ne sais pas à qui te fier »

Pourquoi avoir arrêté ?

Des raisons matérielles. Je vivais en Guyane et les déplacements devenaient trop chers. Je me suis alors consacrée à mon bac S, ce qui n’a d’ailleurs pas été facile : moi qui ai longtemps été première de la classe, je n’étais plus très motivée. J’ai eu mon bac, mais j’aurais pu donner beaucoup plus !

Comment êtes-vous venue à Miss France ?

À 16 ans, j’ai commencé à faire du mannequinat en Guyane. Le comité m’a repérée lors d’un défilé et m’a dit que je devrais participer. Ça ne m’intéressait pas : j’étais garçon manqué ! Mais à force, ça a mûri. J’ai pensé qu’à 18 ans, je m’inscrirais, et que si je perdais, c’était fini. J’aurais suivi des études de droit.

Comment avez-vous vécu cette victoire, à 18 ans ?  

Ça a été un choc, un changement de vie total. Je me suis retrouvée seule, loin de mes proches, dans un pays qui m’était inconnu. Je n’avais plus de repères. Jusque-là, je n’étais venue en métropole que pour des compétitions d’escrime. Je ne savais même pas ce qu’était l’hiver ! Tu te sens seule, même entourée. Tu ne sais pas à qui te fier, tu ne sais pas si les gens qui sont à tes côtés resteront après.

Vous avez pensé à refuser la couronne ?

Quand même pas, mais je me demandais si j’étais légitime : je trouvais injuste d’avoir gagné, alors que ce n’était pas mon rêve, contrairement aux autres candidates. Il m’a fallu deux bons mois avant de me sentir à ma place ! Même en interview, on me demandait de raconter ma vie à des millions de téléspectateurs, de dire ce que j’avais fait avant. Sauf qu’à 18 ans, je n’avais pas mille expériences à relater. Ce que je faisais avant ? J’étais sur le parvis du lycée, avec mes amis !

« Pendant mon règne, j’ai pris des mains aux fesses »

Vous avez gardé en tout cas pas mal de copines Miss. Clémence Botino et Camille Cerf sont d’ailleurs dans le clip de Mojo…

Oui, je n’ai même pas eu à le leur demander, elles me l’ont proposé. C’est une vraie famille : quand tu organises ton anniversaire, tu sais déjà que trente places partent pour les Miss !

Que pensez-vous des polémiques sur le concours, qu’une association féministe a attaqué en justice ?

Chaque année, quand décembre approche, ces polémiques reviennent. Mais le concours représente la femme, la beauté, le glamour. Et il n’y a rien de vulgaire. Le passage en maillot est critiqué, mais on ne les met pas non plus en string ! C’est du divertissement. Ça représente la France, mais avec légèreté.

Pendant votre année de règne, vous avez subi du sexisme, des gestes inappropriés ?

Oui. Dans la tête des gens, Miss France est la fiancée de tous les Français, et certains en profitent pour vous mettre une main aux fesses. Il m’est déjà arrivé de devoir recadrer, de remonter une main… Ce sont généralement des messieurs âgés qui font ça ! On est très grandes, en talons : l’excuse de la petite taille revient souvent ! (Rires.)

Votre quotidien, c’est quoi aujourd’hui ? Musique et mannequinat ?

Oui, en ce moment, c’est speed. Mais j’aime cette énergie, surtout après le confinement. En plus, je crois en mes projets. Je travaille aussi à la création d’une marque, dans le textile.

Vous aimeriez faire de la télé, Danse avec les stars, par exemple ?

J’adorerais ! J’ai suivi Vaimalama Chaves cette année. Ça m’a donné envie.

Et vos amours alors ? Du nouveau ?

Avec tous les projets que j’ai en tête, je veux mettre 100 % de mon énergie sur moi. Quand je suis à deux, je m’oublie un peu. J’adore l’amour, mais pour l’instant, je ne me sens pas prête à me caser. Après, fréquenter, c’est une autre question ! (Rires.)

Vous affichez peu vos histoires, et n’avez pas commenté quand on vous disait très proche de certains footballeurs (Kylian Mbappé et Benjamin Pavard, ndlr). Pourquoi ?

Je ne dis pas que je ne parlerai jamais de la personne avec qui je serai dans le futur. Mais je n’ai pas forcément encore rencontré quelqu’un qui m’ait donné envie de m’exposer.

Dates clés

1. 21 avril 1998

Naissance d’Alicia à Fort-de-France, en Martinique. Ses parents se séparent quelques mois plus tard. À 10 ans, elle part vivre avec sa mère en Guyane.

2. 17 décembre 2016

18 ans, elle est la première Miss Guyane à devenir Miss France. « Quand je revois mon élection, J’ai envie de pleurer : je ne réalise toujours pas que j’ai vécu ça.”

3. 27 octobre 2021

Elle défile au salon du Chocolat. Mannequin, elle est aussi une influenceuse qui compte, avec 445 000 abonnés sur Instagram.

4. Décembre 2021

Sortie de Mojo, son premier single. Un titre dansant et vitaminé, qu’Alicia espère bientôt intégrer dans un album.

À voir également : Fashion Week : Maeva Coucke, Flora Coquerel, Alicia Aylies zoom sur le look des stars

Propos recueillis par Maëlle Brun

Source: Lire L’Article Complet