44 hommes interpellés, suspectés d'avoir violé une sexagénaire droguée par son mari

Le 28 septembre, neuf hommes ont été interpellées dans le sud-est du pays. Ils sont soupçonnés d’avoir violé une femme droguée par son époux. En tout, 44 personnes ont été arrêtées.

Restez informée

C’est un fait divers des plus sordides et monstrueux que rapporte Le Parisien du 29 septembre. Hier, neuf personnes ont été interpellées, soupçonnées d’avoir violé une femme, droguée par son époux, à Mazan (Vaucluse). Au total, 44 personnes ont été interpellées, dont 35 écrouées. Les faits remontent à 2013. Une sexagénaire a été littéralement offerte par son mari, âgé de 68 ans, à plusieurs dizaines d’hommes, contactés sur internet. Les viols se déroulaient la nuit, dans un pavillon de campagne, à Mazan. Et c’est presque par hasard que les enquêteurs ont eu connaissance de cette effroyable affaire. En septembre 2020, l’homme est interpellé pour avoir filmé sous les jupes des femmes, dans un supermarché de Carpentras. Bien que trois victimes aient porté plainte, l’agresseur sera relaxé, après plaidé « un dérapage isolé ». Pourtant, une perquisition est menée à son domicile. Sur place, les enquêteurs saisissent du matériel informatique, photo et vidéo. Le voyeur de supermarché est en fait un ignoble violeur, comme le révèlent les éléments récupérés.

Des films de son épouse droguée et inconsciente

Les enquêteurs découvrent ainsi des films de son épouse, droguée et inconsciente, livrée à des inconnus qui la violent à tour de rôle. Evidemment, l’homme est placé en garde à vue. Mis en examen pour viols aggravés, agressions sexuelles et administration de substances nuisibles, il est écroué depuis novembre dernier. Quant à son épouse, elle découvre avec effroi ce qu’il lui a fait subir toutes ces années. « C’est son monde qui s’effondre ce jour-là. Comment soupçonner une telle face sombre, une telle duplicité chez cet homme avec qui elle était en couple depuis près de 50 ans ? », témoigne son avocate Caty Richard dans le quotidien. Elle ingérait bien malgré des fortes doses de tranquillisants, ne laissant aucune séquelle physique. La victime avait pourtant consulté pour des insomnies, trous noirs et maux de tête, mais rien n’avait mis les médecins sur la piste. Quant aux violeurs présumés recrutés sur internet, la plupart savaient que l’épouse était droguée et inconsciente. Quelques uns s’en défendent, expliquant qu’ils pensaient à un jeu sexuel, un couple échangiste…Parmi tous ces hommes interpellés, on dénombre un capitaine de pompier, un correspondant d’un quotidien régionale ou un surveillant pénitentiaire.

A lire aussi: Passionnées de faits divers : elles mènent l’enquête sur le web

Source: Lire L’Article Complet