Affaire Anna-Chloé : qu'est-il arrivé à l'adolescente blessée dans la cour de son collège ?

Anna-Chloé, une collégienne de 11 ans, a fait une chute grave dans la cour de son collège situé à Chambéry, en Savoie. Sur Facebook, sa mère dénonce une agression à caractère raciste. Où en est l’affaire qui secoue les réseaux sociaux et le ministère de l’Éducation nationale ?

Restez informée

Les photos de son visage tuméfié ont choqué la Toile. Anna-Chloé, une adolescente d’origine camerounaise, a fait une lourde chute dans la cour du collège privé catholique Notre-Dame du Rocher, à Chambéry (Savoie), mercredi 15 décembre 2021. La collégienne de 11 ans a été grièvement blessée, rapporte l’AFP. À travers un long message publié sur Facebook jeudi 15 décembre, la mère d’Anna-Chloé raconte avoir été contactée la veille par la CPE de l’établissement. Cette dernière lui a annoncé que sa fille s’était blessée en tombant dans la cour. Une version à laquelle la maman de la jeune fille ne croit pas. Selon elle, sa fille « subit des violences verbales racistes et même physiques » depuis la rentrée scolaire. « J’avais demandé à rencontrer les responsables d’établissement à plusieurs reprises et ils ne m’ont reçue que le jour où elle s’était défendue en rendant un coup qu’une camarade lui avait donné en la traitant de *sale négre* », assure-t-elle. Aussi, la mère d’Anna-Chloé confie avoir demandé à consulter les images de vidéosurveillance au lendemain des faits. En vain. Le chef de l’établissement lui aurait répondu que les « caméras n’ont pas de sauvegarde des événements ».

Le directeur du collège menacé de mort

Dans ce contexte, Jean-Michel Blanquer a été invité à réagir sur BFMTV, dimanche 19 décembre 2021. « Cette enfant a toute notre solidarité, tout notre appui, ainsi que sa famille », a déclaré le ministre de l’Éducation nationale, qui a également indiqué avoir demandé l’ouverture d’une enquête à la rectrice de Grenoble. Et d’ajouter : « Il faut d’abord protéger cette enfant et regarder ce qu’il s’est passé avec lucidité. »

De son côté, Pierre-Yves Michau, le procureur de la République de Chambéry, a réfuté « fermement » la thèse d’une agression raciste. Interrogé par l’AFP, le magistrat a évoqué « plusieurs témoignages » selon lesquels Anna-Chloé était en retard lorsque la cloche a annoncé la fin de la récréation. L’élève aurait chuté sur un banc avant de tomber au sol. Au moment de l’incident, elle se trouvait seule » dans cette zone de la cour, a-t-il précisé. L’avocat du directeur du collège, Me Pierre Perez, a néanmoins indiqué que « 200 personnes » étaient présentes « dans la cour ». Le directeur du collège a reçu des menaces de mort et son adresse personnelle a circulé sur les réseaux sociaux, « alors qu’il n’y est strictement pour rien », s’est insurgé son avocat auprès de France 3 Auvergne Rhône-Alpes. Il a été placé sous protection policière.

Source: Lire L’Article Complet