Affaire Claude Lévêque : une de ses œuvres trône à l’Elysée

Le plasticien Claude Lévêque est visé par une enquête pour viols et agressions sexuelles. Un artiste contemporain dont l’une des oeuvres trône dans les bureaux de l’Elysée.

A propos de

  1. Emmanuel Macron

Un tapis embarrassant pour l’Elysée. Claude Lévêque, plasticien de 67 ans, est visé par une enquête pour viols et agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans, d’après les révélations du Monde. Une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Bobigny au printemps 2019, confiée à la sûreté départementale de Seine-Saint-Denis, après les accusations de Laurent Faulon, un sculpteur de 51 ans installé en Suisse.

Après des années de silence, Laurent Faulon a décidé de s’exprimer, pour dénoncer les “abus sexuels” dont il aurait été victime, entre ses 10 et 17 ans, précisant que ses deux frères auraient également été violés. Dans le viseur, un homme, le plasticien Claude Lévêque. Une célébrité bien connue du milieu de l’Art, qui a exposé dans des lieux très prestigieux comme le PS1 de New York, le Mamco de Genève ou encore Le Louvre et l’Opéra de Paris. Autre lieu emblématique et non des moindres : l’Elysée.

“Claude Lévêque est dans l’un des bureaux d’Emmanuel Macron”

En effet, l’un de ses tapis de laine ‘Soleil noir’ trône dans les bureaux de l’Élysée et fait partie du Mobilier national” rapportent nos confrères du Point. Les Français avaient pu avoir un petit aperçu de l’oeuvre lors d’une interview télévisée d’Emmanuel Macron en octobre 2017. Sur le plateau de Quotidien ce lundi 11 janvier, les équipes de Yann Barthes ont également ébruité l’affaire.

Validation ultime, Claude Lévêque est dans l’un des bureaux d’Emmanuel Macron à l’Elysée” a fait savoir en plateau l’une des chroniqueuses, Ambre Chalumeau, ajoutant d’après les informations du Monde : “le Président Macron foule régulièrement l’un de ses tapis de laine, baptisé Soleil noir, qui représente un énorme lustre en cristal“. Une décoration qui pourrait bien être rapidement repensée pour ne pas faire de vagues, du moins en attendant les suites de l’enquête.

Crédits photos : ANDBZ/ABACA

Source: Lire L’Article Complet