Affaire Daval : l'avocat de Jonathann évoque ses regrets après l'annulation d'une séance de dédicaces

L’avocat de Jonathann Daval, qui devait réaliser une séance de dédicaces de son livre retraçant l’affaire judiciaire, n’a pas caché son regret de voir ce rendez-vous annulé. D’après les informations du Figaro dévoilées vendredi 19 novembre 2021, cette décision fait suite aux pressions imposées par une association féministe.

Restez informée

Me Randall Schwerdorffer, l’avocat de Jonathann Daval, condamné depuis le 21 novembre 2020 pour le meurtre de son épouse Alexia, confie son analyse de l’affaire dans un livre intitulé Je voulais qu’elle se taise, la tragédie amoureuse d’Alexia et Jonathann Daval. Cet ouvrage, paru le jeudi 14 octobre 2021 aux éditions Hugo Doc, retrace toutes les étapes judiciaires de cette affaire aux nombreux rebondissements. Une initiative qui ne fait pas l’unanimité. En effet, lundi 15 novembre 2021, l’association Osez le féminisme a pointé du doigt, sur Facebook, « l’écœurante instrumentalisation de l’assassinat d’Alexia Fouillot, victime de féminicide », par le magistrat.

L’organisme n’a pas caché son mécontentement quant à l’organisation d’une séance de dédicaces dans la commune de Besançon. « Le 19 novembre prochain, la librairie l’Intranquille accueillera Randall Schwerdorffer, avocat du tueur d’Alexia Fouillot /Daval, pour la présentation de son livre à propos de l’affaire dite Daval », est-il écrit. « Schwerdorffer en profite pour livrer son analyse digne d’une autre époque, réfutant complètement le terme de féminicide au profit de celui de ‘tragédie amoureuse’. Alexia Fouillot a été tuée fin octobre 2017 par son compagnon Jonathan Daval : c’est un féminicide ! », a insisté l’association. Un discours qui a fait réagir l’établissement censé recevoir Me Randall Schwerdorffer, mais aussi l’éditeur du magistrat, qui ont conjointement décidé d’annuler ce rendez-vous.

Affaire Daval : la séance de dédicaces de Me Randall Schwerdorffer annulée, l’avocat s’exprime

L’annulation de la séance de dédicace n’a pas manqué de faire surprendre Mikaël Le Denmat, le bâtonnier de Besançon, qui, par le biais de l’AFP, a dénoncé « une atteinte à la liberté d’expression ». « La défense des violences faites aux femmes est une cause juste, noble et indispensable, mais il ne faut pas qu’au prétexte de cette cause on entrave la liberté d’expression », a-t-il poursuivi, d’après les informations du Figaro vendredi 19 novembre 2021. De son côté, Me Schwerdorffer n’a pas caché son regret d’être, selon lui, « privé de débat avec les lecteurs ». Il a ensuite assuré « qu’expliquer un crime ne veut pas dire l’excuser ».

Source: Lire L’Article Complet