Affaire Grégory : l'ancien responsable de l'enquête convaincu que l'assassin est mort

Dans La bande originale, sur France Inter le lundi 20 septembre 2021, Etienne Sesmat, ancien capitaine de gendarmerie à Epinal, a déclaré que pour lui, le coupable n’est plus en vie.

  • Grégory Villemin

37 ans après l’assassinat du petit Grégory, Etienne Sesmat n’est pas optimiste quant à une éventuelle arrestation du coupable. Dans La Bande Originale, le lundi 20 septembre 2021 sur France Inter, l’ancien capitaine de gendarmerie d’Epinal a confié : « Je ne pense pas que l’assassin soit encore en vie, mais ça n’engage que moi. » S’il ne se charge plus de l’enquête, il a salué les « magistrats qui se battent pour qu’on connaisse la vérité, parce qu’on la doit à Grégory » dans l’émission présentée par Nagui, et dont les acteurs principaux de la série basée sur le fait divers, Une affaire française, faisaient aussi partie des invités.

Puis il a nuancé : « Mais la tâche est très difficile. » Deux raisons expliquent que la tâche soit aussi laborieuse pour les enquêteurs. « Le personnage clé de cette affaire a disparu. C’est le cousin qui a été abattu par le père [Jean-Marie Villemin, convaincu que son cousin Bernard Laroche avait tué son fils, l’a tué en mars 1985, NDLR], a-t-il d’abord avancé. Et la justice dit que c’est très probablement cette personne qui a enlevé l’enfant, le dit et le répète, mais il a disparu. Donc, d’emblée, on est dans une forme d’impasse.« 

La justice « convaincue qu’une vérité peut encore sortir« 

Une autre raison explique que la justice n’a pas encore été rendue près de 40 ans après ce meurtre, d’après Etienne Sesmat : « Le dossier a été vicié par tout un tas d’annulation des pièces de procédures, des pièces majeures qui ont disparu pour des vices de forme. Tout ça fait que la justice a une tâche ardue, mais elle ne baisse pas les bras et elle est convaincue qu’une vérité peut encore sortir. » Jean-Michel Lambert, premier juge à instruire l’affaire Grégory, a violé le secret d’instruction à de multiples reprises entre 1984 et 1987 et ne maitrisait pas la procédure. Il s’est suicidé en 2017, se plaignant d’avoir été un « bouc-émissaire » dans une lettre d’adieu.

Source: Lire L’Article Complet