Affaire Griveaux : la demande d’Alexandra de Taddeo qui pourrait faire annuler l’enquête

Selon un article du Point publié jeudi 16 septembre 2020, les investigations visant Piotr Pavlenski pourraient voler en éclats à cause d’une collusion d’intérêts entre des policiers et un paparazzi, présents lors de son arrestation.

  • Benjamin Griveaux

L’affaire Griveaux n’a décidément pas eu son épilogue. Il y a sept mois déjà, le nom de l’homme politique était sur toutes les lèvres et pour cause : le 14 février 2020, le candidat La République En Marche à la mairie de Paris Benjamin Griveaux avait annoncé le retrait de sa candidature après la diffusion de deux vidéos de lui à caractère sexuel. Ces vidéos avaient été envoyées à Alexandra de Taddeo, jeune étudiante en droit de 29 ans, tandis qu’ils entretenaient une relation consentante et principalement virtuelle. Les documents avaient ensuite été mis en ligne par Piotr Pavlenski, artiste russe réfugié en France et compagnon d’Alexandra de Taddeo (sans son accord, selon eux). L’activiste avait alors assumé son acte en annonçant à Libération vouloir “dénoncer l’hypocrisie” de l’ancien porte-parole du gouvernement. De son côté, Alexandra de Taddeo, qui disait avoir reçu “cinq ou six” vidéos de la part de Benjamin Griveaux, soutenait son petit-ami dans sa démarche. Finalement, l’histoire de Benjamin Griveaux fut vite oubliée à cause de la crise du coronavirus.

Une enquête pour violation du secret professionnel a été ouverte

Et voilà que le jeudi 16 septembre 2020, l’affaire ressurgit dans les médias. Selon un article du Point, “les investigations visant Piotr Pavlenski pourraient voler en éclats.” Nos confrères expliquent ainsi que si les faits “étaient parfaitement établis, reconnus, revendiqués” par Piotr Pavlenski, qui s’apprêtait logiquement à être condamné alors que la juge d’instruction “attendait le rapport d’expertise des téléphones saisis à l’occasion des gardes à vue et perquisitions”, tout pourrait tomber à l’eau. En effet, le 15 février, Piotr Pavlenski et Alexandra de Taddeo sont photographiés et filmés lors de leur interpellation, et se retrouvent très vite en Une de Paris Match. Problème : il s’agit d’une violation de la loi, qui interdit de représenter des personnes entravées. “Une enquête pour violation du secret professionnel a donc été ouverte, laquelle fait peser un risque sur tout le reste des investigations : selon une jurisprudence de la Cour de cassation, la seule présence d’un tiers (photographe, journaliste, cameraman, etc.) lors d’un acte d’enquête peut suffire à faire annuler ce dernier”, note Le Point. Alexandra de Taddeo demanderait ainsi l’annulation de l’enquête.

La thèse défendue par Alexandra de Taddeo : des “manigances” entre les policiers et un photographe

L’histoire ne s’arrête pas là. Comme le rapporte le magazine, la justice soupçonne “une collusion d’intérêts entre les policiers ayant procédé à l’interpellation et un photographe présent sur les lieux.” Les enquêteurs ont déclaré sur procès-verbal avoir réalisé une “surveillance discrète” du domicile d’Alexandra de Taddeo pour l’arrêter, mais selon Le Point, cette tâche pourrait avoir été faite par un paparazzi. “C’est en tout cas la thèse d’Alexandra de Taddeo”, reprennent nos confrères. “S’il s’avère que les policiers ont altéré la vérité, la garde à vue d’Alexandra de Taddeo et de Piotr Pavlenski sera annulée, la saisie de leur téléphone aussi, et la plupart des autres actes d’enquête pourraient connaître le même sort.” Et de conclure : “La compagne de Piotr Pavlenski assure également que, lorsqu’elle se trouvait dans le véhicule de police, elle a vu des photos d’elle prises pendant son interpellation défiler sur l’écran WhatsApp du policier assis devant elle. Ce qui montre, assure-t-elle, la collusion entre les enquêteurs et les paparazzis.”

A lire aussi : Affaire Benjamin Griveaux : 5 choses à savoir sur Alexandra de Taddeo, la destinataire des vidéos intimes

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet