Affaire Nicolas Hulot : quand Emmanuel Macron était « d’une sérénité de marbre »

Dans les colonnes du magazine Elle, ce vendredi 3 décembre, Jean-Michel Aphatie a dénoncé le silence autour des accusations de viol concernant Nicolas Hulot, notamment de la part d’Emmanuel Macron.

Ce vendredi 3 décembre, Elle Magazine dévoile une longue interview de Jean-Michel Aphatie, au cours de laquelle le journaliste revient sur l’affaire Nicolas Hulot, accusé de viol et de harcèlement sexuel. Dans les colonnes de nos confrères, il épingle le silence des responsables politiques qui, il y a trois ans, défendaient l’ancien ministre de l’Écologie, alors qu’ils réclament désormais l’ouverture d’une enquête. « Le bal des hypocrites ! Le simple mot de ‘viol’, dont nous avons tous eu connaissance en 2018, aurait dû les secouer. Comment peut-on ne pas réagir à ce mot ? », a-t-il déploré, avant de parler du manque d’action de la part du chef de l’État.

« L’accusation a laissé Emmanuel Macron ‘d’une sérénité de marbre’, selon les termes du porte-parole de l’Élysée en février 2018 », a assuré Jean-Michel Aphatie, qui trouve « glaçant » cette absence de mesures concrètes. « Admettons que le président de la République n’ait pas eu connaissance de l’attitude problématique de Nicolas Hulot avec les femmes avant 2018. À partir du moment où il apprend que son ministre a fait l’objet d’une plainte pour viol, pourquoi ne s’informe-t-il pas ? Et s’il s’est informé, pourquoi n’en a-t-il tiré aucune conséquence ? », a estimé le journaliste, ajoutant que « c’est le fonctionnement même de l’État qui semble avoir failli ». Il s’est ensuite étonné « qu’on puisse nommer un ministre sans avoir auparavant vérifié qu’il n’était l’objet d’aucune plainte, et qu’on puisse ne tenir aucun compte d’une plainte pour viol lorsqu’on en a connaissance ».

>> Découvrez les femmes qui ont fait partie de la vie de Nicolas Hulot

Une militante virée parce qu’elle « excitait trop » Nicolas Hulot

Pour lui, c’est certain, « c’est totalement impossible en ce qui concerne les écologistes » que personne n’ait « rien su de l’attitude de Nicolas Hulot avec les femmes ». « Il suffit d’écouter le témoignage récent de Pauline Lavaud, qui raconte, sur BFMTV, comment, jeune militante enthousiaste, elle est écartée de la campagne de Nicolas Hulot pendant la primaire interne de 2011 au motif qu’elle ‘excite trop le candidat’ », a déclaré Jean-Michel Aphatie, dénonçant l’omerta qu’il y a eu autour du politique et au sein de ce milieu.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet