Affaire Nicolas Hulot : qui est Pauline Lavaud, évincée et “humiliée” par l’ex-ministre ?

Pauline Lavaud, ancienne militante EELV, a été écartée de l’équipe de campagne de Nicolas Hulot, en 2011, car « elle l’excitait trop« .

Les témoignages se multiplient contre Nicolas Hulot. S’il est aujourd’hui présumé innocent des faits qui lui sont reprochés et en attente de son jugement, l’ex-ministre de la Transition écologique a été accusé par de nombreuses femmes de harcèlement ou d’agression sexuelles. Parmi elles, Pauline Lavaud. Cette ancienne militante d’Europe Écologie Les Verts aurait été évincée de l’équipe de campagne de Nicolas Hulot, lorsqu’il s’était présenté aux primaires écologistes de 2011, pour une raison qui n’aurait rien à voir avec la politique. Interrogée par BFMTV, lors du Live Toussaint, le 26 novembre dernier, Pauline Lavaud a raconté son histoire.

« J’avais fait un déplacement avec lui, contextualise-t-elle. Ce soir-là, je ne sais pas comment il a eu mon numéro mais il m’avait appelé. Tard. Vers 23 heures. J’ai compris que ce n’était pas un appel professionnel. Quelques jours plus tard, à l’issue du débat entre les deux candidats, un membre du parti est venu me voir spontanément pour me dire que je n’allais pas pouvoir faire partie de l’équipe de campagne parce que j’excitais trop le candidat. » La sentence est lourde mais Pauline Lavaud claque la porte sans regret, ou peut-être un : celui d’avoir laissé l’équipe du candidat défendre Nicolas Hulot plutôt qu’elle.

>> Découvrez les femmes qui ont partagé la vie de Nicolas Hulot

« Une stratégie pour écarter tous les problèmes« 

Dans l’interview qu’elle a accordé à BFMTV, Pauline Lavaud dénonce un « système » mis en place autour de Nicolas Hulot pour « éviter ce type de dérapages » qui pouvaient « ruiner sa campagne » : « Ce que je retiens, c’est qu’il y avait une stratégie pour écarter toutes les personnes qui auraient pu créer problème, et le problème, c’est que Nicolas Hulot aurait pu les agresser, conclut la militante. Si ces personnes faisaient ça, c’est qu’elles étaient au courant et j’ai le sentiment qu’elles protégeaient Nicolas Hulot et non ces femmes. »

L’expérience est un véritable traumatisme pour la jeune femme : « Je me suis sentie ultra humiliée. J’arrivais avec un enthousiasme, j’avais envie d’aider. J’étais militante et convaincue et on me renvoyait à mon corps et à une sorte d’objet potentiellement sexuel. J’ai été très meurtrie par ces paroles« , dénonce-t-elle.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Capture BFMTV

Autour de

Source: Lire L’Article Complet