Airbus : pourquoi des poulets morts sont utilisés pour tester les avions ?

Lundi 3 mai 2021, Guillaume Faury, PDG d’Airbus, était l’invité de l’émission Quotidien. Face à Yann Barthès, l’homme a révélé que les producteurs de moteurs pour avions utilisaient des poulets morts pour les tester.

Restez informée

Le 15 janvier 2009, un Airbus A320 piloté par Chesley Sullenberger et son copilote Jeffrey Skiles a dû amerrir son avion sur le fleuve Hudson, face à Manhattan au bout de cinq minutes et huit secondes de vol. Un accident dû à une collision entre l’engin et une compagnie de bernaches du Canada. Les oiseaux sont entrés en contact avec l’avion quelques minutes à peine après le décollage. Cette collision a entraîné la panne des deux moteurs alors que les pilotes et les 155 personnes à bord survolaient la ville de New York, aux États-Unis. Une histoire qui a inspiré le film réalisé par Clint Eastwood, intitulé Sully. Le personnage principal de Chesley Sullenberg a été interprété avec brio par Tom Hanks. Si cet événement semble exceptionnel, il est pourtant l’une des possibilités auxquelles se préparent tous les avions produits par Airbus. Invité de Yann Barthès, sur le plateau de Quotidien, lundi 3 mai 2021, le PDG d’Airbus, Guillaume Faury, a affirmé que les avions du producteur français sont bel et bien testés quant à leur résistance face aux oiseaux.

Des poulets morts dans les réacteurs

Pour recréer cette rencontre accidentelle avec des oiseaux, les testeurs utilisent des poulets morts pour voir comment résistent les moteurs face aux volatiles. “Combien de canards morts sont envoyés dans le moteur pour vérifier que les moteurs ne s’arrêtent pas ?“, a demandé Yann Barthès. Le président d’Airbus a répondu sans équivoque : “Je ne crois pas que cela soit des canards mais des poulets. Effectivement, les constructeurs de moteurs doivent démontrer la résistance des moteurs par rapport à l’ingestion d’oiseaux qui est un vrai cas grave. Vous vous souvenez souvent de l’A320 qui est tombé sur l’Hudson, qui a fait l’objet d’un film. C’est un vrai cas de panne, qui est un cas de panne des deux moteurs en même temps. Il faut vraiment regarder très sérieusement que les moteurs sont capables de résister.” Yann Barthès a renchéri avec une nouvelle question : “Donc les constructeurs récupèrent des poulets morts et les envoient dans les moteurs ?” Guillaume Faury a alors été un peu gêné et a simplement acquiescé.

Source: Lire L’Article Complet