Baguette à 0,29 euro : Leclerc s'attire la colère de la filière du blé

La chaîne de supermarchés Leclerc a annoncé mardi 11 janvier 2022 qu’elle allait baisser le prix de sa baguette. Une déclaration mal digérée par la filière du blé, très en colère.

Restez informée

Leclerc annonce un très bas prix qui ne fait pas l’unanimité. L’enseigne de distribution a lancé la baguette de pain à 0,29 euro (voire 0,23 euro) dans ses magasins, pour une période d’au moins quatre mois. Une hérésie pour la filière du blé qui a fait part, mercredi 12 janvier 2022, de son mécontentement. Devant la hausse des tarifs du blé, agriculteurs, boulangers, syndicats et autres acteurs de la filière ont dénoncé une décision « démagogique » et « destructrice de valeurs« , comme le rapporte le Huffington Post. Tous se sont associés et ont partagé un communiqué de presse dans lequel ils se questionnent sur « les prix pratiqués par les magasins Leclerc » et se demandent « qui peut en vivre dignement » ? Une opération commerciale qui tombe mal, à une période particulièrement tendue où la filière et le gouvernement « travaillent pour rémunérer justement les agriculteurs ».

Le prix moyen de la baguette est de 99 centimes

Dans son communiqué, la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) rappelle que « la moyenne du prix de la baguette, en France en 2021, selon l’INSEE est de 0,90 euros« . Soit 70 centimes de plus que le prix très bas proposé par Leclerc. Sans compter que « les cours des céréales, et par conséquent de la farine, connaissent des prix élevés » et « que les coûts de production (énergie, salaires, etc.) progressent fortement« . En effet, les prix de ces denrées nécessaires à la fabrication du pain ont augmenté de 30% en un an. Une situation qui pousse le syndicat à se demander « sur quels produits vendus aux consommateurs les magasins Leclerc compenseront cette vente » ? À l’heure où « le savoir-faire et la qualité de la baguette française sont en passe d’être reconnus par l’UNESCO, l’excellence des agriculteurs, des collecteurs, des meuniers et des boulangers, que le monde nous envie, est bradée« , peut-on lire dans le communiqué. Jean-François Loiseau, président de l’Association nationale de la meunerie française, a déclaré à l’AFP que « c’est honteux » de faire des prix si bas. Et pour cause, « il faut rémunérer correctement les acteurs, ceux qui plantent, qui récoltent, qui assemblent les grains et font la farine, et ceux qui fabriquent le pain« , a-t-il ajouté. Devant la polémique, Michel-Edouard Leclerc s’est expliqué auprès de BFMTV. « Les fournisseurs de farine ont beaucoup invoqué la hausse du prix du blé, pour demander des augmentations considérables« , a-t-il déclaré en maintenant sa décision d’appliquer des prix cassés sur ce produit qui est pour lui un « marqueur de l’inflation« .

Source: Lire L’Article Complet