Bernadette Chirac blessée : ce « faux pas » lors de la cérémonie d’investiture de son mari

Dans son nouveau livre, qui sera publié le 25 novembre prochain, la journaliste Catherine Nay raconte comment Bernadette Chirac s’est pris les pieds dans le tapis rouge de l’Élysée, déroulé pour la cérémonie d’investiture de son mari, en 1995.

Le 25 novembre prochain, la journaliste politique Catherine Nay publiera son nouveau livre, intitulé Tu le sais bien, le temps passe – Souvenirs, souvenirs, tome 2. Pour l’occasion, Le Point a dévoilé, jeudi 18 novembre, quelques extraits de son ouvrage. Après avoir évoqué le premier mois durant lequel Jacques Chirac était président de la République, l’ancienne compagne d’Albin Chalandon a rapporté la fois où son épouse Bernadette s’était blessée, le jour de la cérémonie d’investiture, à Paris.

Évoquant cette journée du 17 mai 1995, Catherine Nay a précisé que « dans la cour de l’Élysée, on avait déroulé le tapis rouge ». « Les télévisions du monde entier guettaient les invités qui n’allaient pas tarder », a-t-elle écrit, en ajoutant que la femme de Jacques Chirac « était arrivée la première » à l’événement, soit « quelques minutes avant son mari qui, tôt le matin, était allé se recueillir sur la tombe du général de Gaulle à Colombey ». Avant que le chef de l’État ne fasse son entrée, tant attendue, son prédécesseur François Mitterrand était déjà sur place, « en haut du perron, sourire bienveillant plaqué sur un visage de cire ». Détaillant l’allure de la nouvelle Première dame, la journaliste a souligné qu’elle avait les « cheveux courts coiffés en bandeaux », qu’elle « portait un ensemble en soie bleu ciel » d’une grande marque, probablement « Dior ou Chanel », qui se composait d’une « veste longue et jupe droite, un intemporel que l’on garde des années dans ses placards pour les grandes occasions ».

Une entrée en scène tout sauf « glamour »

Alors que Bernadette Chirac était prête pour ce moment important, tout ne s’est pas passé comme prévu. « Sa silhouette s’était pas mal alourdie. Son petit sac à la main, elle s’avançait d’un pas lent, précautionneux. Et soudain, clac ! Elle s’était tordu la cheville. Pas très glamour son entrée en scène », a commenté Catherine Nay, qui a vu de nombreux présidents se succéder et a accumulé les anecdotes, au fil de sa carrière journalistique, commencée à 25 ans.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : CYRIL MOREAU / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet