01/30/2023

Devenu célèbre grâce à son rôle dans "Les Feux de la Chandeleur" de Serge Korber, Bernard Le Coq a enchaîné les succès au cinéma et à la télévision avant de fonder une famille. Stérile, ce n’est qu’il y a quelques années qu’il réalisait enfin son rêve de paternité.

Bernard Le Coq était récemment l’invité de Jordan de Luxe dans son émission « Chez Jordan ». Une occasion pour le célèbre acteur de se confier sur un sujet très personnel : son infertilité. Incapable de concevoir, la star d’ « une famille formidable » n’a pourtant pas abandonné son rêve de paternité. Il y a quelques années, il adoptait un petit garçon. « J’ai adopté il y a 3 ans maintenant. J’étais assez fier parce que je disais : ‘Je viens d’adopter un enfant’. Alors tout le monde pensait que c’était un enfant en bas âge et puis je disais : ‘Je vais le chercher à l’école et je lui fais faire ses devoirs’. Il avait 5 ans », a-t-il expliqué avant d’en dire plus sur l’arrivée du jeune garçon dans la famille. « Son père génétique était vivant à l’époque. C’était une adoption simple. Ça n’enlevait pas les relations qu’il pouvait avoir avec son père qui est décédé depuis et ça nous permettait à nous d’avoir ce lien qui se renforçait de manière officielle ». Très proche de son fils adoptif, ce dernier ne se risque pourtant pas à l’appeler « papa ». « C’est très complice avec lui, c’est un homme très intelligent, c’est intéressant, il me nourrit beaucoup ».

« Une incapacité physique »

Par la suite, Bernard Le Coq évoquait plus en détail sa stérilité. « C’était une incapacité physique, ça n’a pas fonctionné, mais comme celui-là était parfait je me suis dit ‘c’est pas la peine de s’énerver. » Loin de s’apitoyer sur son sort, Bernard Le Coq préfère « voir les choses avec un peu de légèreté et de recul. C’est un tempérament, mais ça ne m’empêche pas de m’angoisser ou de me mettre en pétard. J’essaye de faire un peu attention, en tout cas quand je suis avec les gens, de ne pas leur faire partager mes sentiments. »

V.B

À voir également :

Source: Lire L’Article Complet