Brigitte Macron plus permissive qu’Emmanuel Macron : « C’est quelqu’un qui prône la liberté »

Au cours de l’écriture de son livre, Gaël Tchakaloff a pu percevoir chez Brigitte Macron un attachement tel à la notion de la liberté, et particulièrement dans la création, au point de la laisser écrire un livre dont les Macron ne voulaient pas. C’est ce qu’a dévoilé Gaël Tchakaloff à Gala.fr

Une femme éprise de liberté pour elle, mais aussi pour les autres. C’est une des qualités de Brigitte Macron qu’a pu découvrir Gaël Tchakaloff, en écrivant son livre “Tant qu’on est tous les deux“. L’autrice rencontre Brigitte Macron au cours de la campagne présidentielle menée par son époux, et tisse depuis avec elle une relation, qui confine à l’amitié. Mais lorsque lui vient le désir d’écrire sur la relation qu’elle peut observer entre le couple Macron, après plusieurs années passées à les fréquenter, elle se heurte aux craintes du couple, et à la “grande réticence des conseillers présidentiels.

Mais ce que Gaël Tchakaloff confie à Gala.fr, c’est également la façon dont Brigitte Macron a surmonté son appréhension face à ce livre, écrit par cette proche. “C’est quelqu’un qui prône la liberté“, explique-t-elle. “Elle dit cette phrase reprise dans le livre ‘l’essentiel, c’est ce que tu fais, c’est-à-dire écrire et ne pas tenir compte d’autres avis.‘” Une sorte d’acceptation de sa démarche, sans vraiment pour autant lui donner l’autorisation formelle de poursuivre son travail. Le projet de livre est ainsi resté une sorte de non-dit, du côté de l’autrice, comme de ses sujets : “C’est un sujet tabou, pudique, observe Gaël Tchakaloff avec douceur.

“Le Président, c’est autre chose…”

Ne pas parler frontalement de l’existence de ce projet, un des facteurs de son aboutissement, comme tend à penser l’autrice. “Je ne l’ai pas abordé pendant que j’écrivais, parce que cela m’aurait enlevé une forme de liberté dans l’écriture, c’est sans doute pour cela qu’elle ne voulait pas en parler non plus.” Pas seulement pour ne pas parler d’un sujet qui pourrait fâcher, mais aussi dans une démarche de licence créative et littéraire, laisser l‘écrivain vierge d’influence de l’extérieur : “Pour me laisser faire ce que je souhaitais, me laisser libre dans le geste créatif”, avance Gaël Tchakaloff.

Mais le geste créatif n’est pas exempt de doute, et de conflits : Gaël Tchakaloff a connu un véritable “conflit de loyauté pendant toute l’écriture du livre“, malgré la liberté qu’on lui avait laissé. Conflit qu’elle a réussi à dépasser, au nom de la “poursuite de la vérité“, comme elle le résume pour Gala.fr. Liberté et loyauté, la question est d’autant plus importante quand il s’est agi d’approcher Emmanuel Macron. Le Président, c’est autre chose. Politiquement, il n’y avait aucun intérêt à ce que j’écrive ce livre, et les conseillers, sachant que je venais régulièrement à l’Élysée depuis cinq ans, manifestaient une défiance à mon égard.

Brigitte Macron refuse de lire ce qui s’écrit sur elle

Ici encore, c’est la permission silencieuse de la part de Brigitte Macron qui a permis à l’autrice d’avoir accès à son Président d’époux : “Si les conseillers m’ont bloquée pendant plusieurs mois, ils m’ont néanmoins laissée accéder à l’immersion. Me laisser entrer dès lors que j’avais indiqué écrire un livre, cela enlève toute question de loyauté. Lorsque je venais, chacun savait que je venais pour écrire, retranscrire. Pendant ce temps, ma relation personnelle avec Brigitte Macron se poursuivait, à l’Élysée ou par téléphone… Je pense que c’est cela qui a créé l’acceptation, c’est peut-être pour cela que les conseillers ont cédé.

Grâce à cette valeur cardinale pour Brigitte Macron, Gaël Tchakaloff a donc pu écrire un livre très libre et documenté sur ce couple pas comme les autres, tout en continuant à les fréquenter. Gaël Tchakaloff nous le confirme, elle “continue à échanger avec la Première dame” mais ne suit plus “le Président sur le terrain.” Et du livre, elles continuent à ne pas parler : “Pendant l’écriture, Brigitte Macron m’avait dit qu’elle ne le lirait pas. Soit elle ne le lira pas, soit elle le lira un peu plus tard, soit elle l’a déjà lu mais elle ne me le dira pas.” Une volonté de préserver leur amitié ? Pas forcément, pense Gaël Tchakaloff : “Je ne pense pas que mon livre mette en danger nos relations car Brigitte et Emmanuel Macron respectent plus que tout la liberté et la création“. Liberté, liberté chérie, une devise hautement républicaine.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet