Bruno Guillon : grâce à quel stratagème très malin a-t-il été recruté par NRJ au début de sa carrière ?

Invité dans l’émission L’instant M, présentée par Sonia Devillers lundi 8 novembre 2021 sur France Inter, Bruno Guillon a révélé de quelle manière plutôt originale il était parvenu à se faire embaucher par NRJ au début de sa carrière d’animateur.

Visage incontournable du paysage audiovisuel français depuis de nombreuses années, Bruno Guillon exerce ses talents d’animateur à la fois sur les ondes radio et TV. Après avoir succédé à Tex aux commandes du jeu culte Les Z’amours, le présentateur incarne depuis la rentrée un nouveau jeu, baptisé Chacun son tour, qui réalise d’excellentes audiences. Côté radio, Bruno Guillon officie sur deux antennes du groupe M6. L’animateur est toujours aux commandes de la matinale de Fun Radio chaque matin depuis maintenant plus de 10 ans. En parallèle, il présente également une émission hebdomadaire chaque week-end sur RTL, intitulée Le Bon dimanche show.

Avant de s’installer durablement sur l’antenne de Fun Radio, Bruno Guillon a exercé ses talents d’animateur sur des stations concurrentes telles que Virgin Radio et NRJ. De passage sur France Inter lundi 8 novembre 2021, l’ancien présentateur des Z’amours a profité de son interview par Sonia Devillers, dans le cadre de l’émission L’instant M, pour révéler comment il avait réussi à entrer chez NRJ au début de sa carrière sur les ondes. Après que la journaliste ait évoqué le fait qu’il soit "monté à Paris au culot, sans pistons, sans diplômes, sans mentors, et sans personne pour (lui) ouvrir les portes", Bruno Guillon a expliqué de quelle façon plutôt originale il était parvenu à convaincre la direction de NRJ de l’embaucher.

Bruno Guillon sur son entrée à NRJ : "Ce qui les avaient marqué, c’était ma propension à savoir rebondir dans le direct"

"J’ai envoyé un faux CV sous forme de rapport de police", a tout d’abord révélé l’animateur, avant de poursuivre. "Comme ils ne recevaient que des CVs extrêmements formatés, ils se sont dit : ‘Tiens c’est qui ce gars ?’. Et j’avais fait une maquette. Au lieu de mettre que des bons moments d’antenne, j’avais mis que des moments où, soit l’auditeur m’envoyait balader, soit je lançais un disque qui ne partait jamais. Et en fait, ce qui les avaient marqué, c’était ma propension à savoir rebondir dans le direct. C’est comme ça que je me suis retrouvé à Paris", a expliqué Bruno Guillon. Un coup de poker qui s’est finalement avéré payant pour le présentateur, qui cartonne toujours autant à la radio comme à la télévision aujourd’hui.

Source: Lire L’Article Complet