« Ça va très, très mal » : la femme de Jean-Jacques Bourdin grinçante sur les audiences de RMC

Sur les réseaux sociaux, Anne Nivat a relayé des informations faisant état des audiences de RMC depuis le départ de Jean-Jacques Bourdin, qui a quitté la matinale en juillet dernier. Un constat sans appel.

L’absence de Jean-Jacques Bourdin se fait sentir. Quatre mois après son départ, lui qui a présenté son émission Bourdin Direct pendant près de deux décennies, les audiences de RMC sont plus que jamais en chute libre. Sur sa page Twitter, Anne Nivat, la compagne du journaliste, a relayé les informations de nos confrères du Point, de Morandini Blog et de Pure Medias, sur les chiffres de la chaîne depuis le départ de Jean-Jacques Bourdin. “RMC accuse le coup du départ de Jean-Jacques Bourdin après 19 ans de bons et loyaux services. Son audience cumulée chute à 6,1 % en sept/octobre, contre 6,8 % à la rentrée 2019. La nouvelle matinale de la radio du groupe va devoir trouver son public“, écrit Le Point. Un tweet qu’Anne Nivat a illustré avec le hashtag “no comment“.

Même constat du côté de Morandi Blog, qui évoque une “chute violente de près de 400.000 auditeurs sur une saison“. Pour la compagne de Jean-Jacques Bourdin, la chaîne radio “va très très mal”.

@LePoint « #RMC accuse le coup du départ de #JeanJacquesBourdin après 19 ans de bons et loyaux services. Son audience cumulée chute à 6,1 % en sept/octobre, contre 6,8 % à la rentrée 2019. La nouvelle matinale de la radio du groupe va devoir trouver son public » #nocomment

Dixit @morandiniblog « Les mauvaises nouvelles sont sans vraie surprise pour #RMC, qui a fait le choix pour le moins osé en se séparant de sa locomotive #JJBourdin : chute violente de près de 400.000 auditeurs sur une saison » c’est sûr que cette chaîne radio va très, très mal ☹️

Un départ polémique

En juin dernier, Jean-Jacques Bourdin avait officialisé l’arrêt de son émission, au détour d’une interview avec un hôtelier jurassien pour évoquer la situation économique du secteur à cause de la crise sanitaire. Ecarté par la chaîne, le journaliste avait dû laisser son micro à sa consœur Apolline de Malherbe. Anne Nivat, qui aura défendu son époux jusqu’au bout, n’avait alors pas caché son amertume. “Ce qui est important c’est ce que Jean-Jacques a fait, vous savez on est dans un métier où il n’y a pas beaucoup de gratitude, et puis, tout le monde a la mémoire courte (…) On parle de lot de consolation avec l’interview politique. Je pense surtout que personne n’a envie de se passer de Jean-Jacques Bourdin pour l’interview politique sinon ça serait un désastre“, avait-elle tranché, sur le plateau de C à vous.

Crédits photos : CEDRIC PERRIN / BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet