Camille Lellouche parle de l'homme qui l'a battue

Camille Lellouche a décidé de se livrer sans faux-semblant. Dans un documentaire signé Philippe Lézin et intitulé Camille Lellouche : Authentique, l’artiste raconte un épisode douloureux de son histoire : sa relation avec un homme qui la battait. La star avait déjà évoqué ce sujet dans un
entretien avec Augustin Trapenard à la radio, en 2019, mais cette fois-ci, elle se livre de manière très intime.

« À 19 ans, j’ai confiance en moi, je me sens belle. Je me sentais intelligente. Et je rencontre cette personne. Il est beau, intelligent, charismatique. Il a tout. C’est LE gars. C’est au bout de trois mois que c’est parti en cacahuète », révèle-t-elle dans le documentaire, que Télé-Loisirs a visionné en avant-première et sera diffusé sur Canal + le 19 novembre.

Le premier coup est venu après une dispute de couple. « J’étais en vexation ultime. Je suis sortie pour ne pas pleurer devant lui pendant 10-15 minutes. Quand je reviens, j’entends : « Elle est où cette p*te ? » Il me met une gifle. Mais c’est tellement absurde, c’est un choc », détaille-t-elle.

Vomir 7 jours sur 7

Camille Lellouche a mis longtemps avant de partir définitivement. « Ils ont tous la même technique : il m’embrasse les pieds, il pleure, il s’effondre, il me fait des lettres d’amour… Il me dit que ça ne lui est jamais arrivé », explique-t-elle. Elle a redonné une chance à son compagnon, qui évidemment, a récidivé.

« Ça commence petit à petit. Tous les jours, il te dit : « Je t’aimerais toujours plus que tout au monde, même plus que tes parents… » Et puis quand il commence à être violent, il te dit que tu es une merde : « Sans moi, t’es vraiment rien ». Et il te le dit 42 fois par jour. Tu sais que non, mais au bout d’un moment, tu n’as plus de force. Tu te fais battre, on t’humilie. J’avais envie de vomir 7 jours sur 7 », précise la chanteuse.

C’est grâce à sa mère qu’elle a réussi à quitter son domicile, où elle était constamment brimée et frappée. Avant de se reconstruire grâce à la chanson et à la comédie, comme le confirme sa mère.

Source: Lire L’Article Complet