Carla Bruni : sa rock attitude rassure Nicolas Sarkozy… Zoom sur un duo fusionnel !

Alors que l’ex-chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy, poursuit son marathon judiciaire, il peut compter sur l’indéfectible soutien de son épouse Carla Bruni. Elle ne souhaite pas qu’il replonge dans la mêlée politique. Enquête sur les ressorts psychologiques de ce duo fusionnel.

A propos de

  1. Nicolas Sarkozy

  2. Carla Bruni-Sarkozy

Les problèmes continuent pour Nicolas Sarkozy. En effet, le 1er mars dernier, la justice l’a condamné à trois ans de prison, dont un ferme, pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire des écoutes… Il a fait appel. Mais il est déjà l’heure pour lui de comparaître à nouveau, cette fois-ci pour le dossier Bygmalion sur le financement de sa campagne de 2012. Sonné, mais pas K.-O. « Je ne baisserai pas la tête parce qu’on me reproche des faits que je n’ai pas commis, a-t-il martelé sur le plateau de Gilles Bouleau, sur TF1, le 3 mars. J’irai jusqu’au bout ». Et si selon un récent sondage Ifop, seuls 22 % des Français estiment que Nicolas Sarkozy est traité par la justice moins bien qu’un autre citoyen, l’ancien Président sait en tous cas pouvoir compter sur le soutien inconditionnel de son épouse Carla Bruni, qui était avec lui en coulisses de ce JT. Ils traversent main dans la main cette tourmente judiciaire depuis plusieurs années.

Le 1er mars donc, quelques minutes après le verdict, Carla Bruni a prestement sorti ses griffes : « Quel acharnement mon amour, a-t-elle posté sur son compte Instagram. Le combat continue, la vérité fera jour. #injustice ». Une photo avec son amoureux accompagnait ce post. Le surlendemain, elle lui envoyait encore un « avec toi pour toujours », sur Instagram. Elle faisait ainsi grincer des internautes car elle complétait cette publication avec un visuel d’une Marianne en pleurs, créé en réalité au lendemain des attentats du 13 novembre 2015. Il y a quelques mois, la chanteuse avait aussi écrit une chanson dénonçant une justice injuste. Elle avait finalement renoncé à la faire figurer sur son dernier album, mais les Sarkozy-Bruni font bloc face à l’adversité.

https://www.instagram.com/p/CL4MaUflZkd/

A post shared by Carla Bruni (@carlabruniofficial)

« Alors que les mauvaises langues ne voulaient pas croire à ce duo après leur rencontre, c’est un couple archi-fusionnel », témoigne Bernard Montiel. L’animateur télé et radio, ami de longue date de l’un et de l’autre, a encore pu les observer l’été dernier en vacances. « Carla l’a changé, poursuit-il. Elle l’a embelli, apaisé. Elle, qui a pu être un électron libre, une grande séductrice, a trouvé en lui son refuge, sa maison. Je rêve d’une histoire d’amour aussi belle. Ils me font beaucoup penser à Brigitte et Emmanuel Macron qui vivent le même genre de passion, basée sur l’admiration mutuelle ».

Nicolas Sarkozy ? “Un être sensible”

La chanteuse était pourtant sur ses gardes aux premières heures de leur idylle. « J’avais peur que ce soit quelqu’un d’assoiffé de pouvoir, a-t-elle confié récemment à son ami Montiel, justement, sur RFM. Et puis, j’ai rencontré ses trois grands enfants, et j’ai compris qu’il était assoiffé de vie ». Dans son dernier album, elle évoque dans le titre Le garçon triste la part cachée de son époux, un être sensible, jure-t-elle. Le psychiatre et psychanalyste Jean-Paul Mialet puise du côté de l’enfance de l’ancien chef de l’Etat pour percer à jour les secrets de cette histoire, qui dure depuis plus de treize ans.

« Le père de Nicolas Sarkozy était un homme volage qui a quitté sa mère. Après son départ, son fils a créé une relation très forte avec elle, souhaitant briller dans son regard. Il s’est ensuite attaché très fortement à certaines femmes tout en tentant d’échapper à leur emprise par des conquêtes. Mais avec Carla Bruni, il semble avoir trouvé un équilibre, poursuit l’auteur de L’amour à l’épreuve du temps (Albin Michel). La chanteuse lui fournit un socle affectif et ménage, en restant toujours avec lui dans la séduction, son angoisse d’aliénation ».

https://www.instagram.com/p/CKwwR9RFpVj/

A post shared by Carla Bruni (@carlabruniofficial)

L’ex-top lui a aussi donné la joie d’être à nouveau père. Il accompagne régulièrement Giulia, 9 ans, à l’école et aime la filmer lorsqu’elle reprend ses chansons préférées de Sia avec sa maman à la guitare. Il rit de bon cœur quand elle explique à Carla que les chansons qu’elle écoute, Leonard Cohen en tête, l’endorment. Nicolas Sarkozy apprécie le soutient de son clan. Sa belle-mère, Marisa Borini a fustigé le verdict sur Instagram : « Ils auront honte. Ils ne connaissent pas le mot respect », a-t-elle écrit avant de s’enflammer : « Dommage qu’Emile Zola ne soit pas là. Tu les écraseras. » Plus sobre, son ex-épouse, Cécilia Attias, a retweeté un article du Figaro dans lequel il contestait la décision de la justice.

Très affecté par la disparition de sa maman Andrée en 2017, l’ancien Président a pleine conscience du temps qui passe et ne souhaite plus sacrifier son existence familiale. « La vie dure l’espace d’un timbre-poste, il faut goûter chaque milliseconde », confiait-il sur le plateau de C à vous, à l’occasion de la sortie de son dernier livre. S’il est décidé à mener jusqu’au bout la bataille judiciaire, rien ne viendra menacer, jure-t-il, le cocon qu’il s’est construit. Carla Bruni partage cette conviction. « Elle, qui a appris tardivement que le père qui l’avait élevée n’était pas son père biologique trouve chez Nicolas Sarkozy une responsabilité, une solidité, un moyen de prendre racine, dit encore Jean-Paul Mialet. Elle est en face d’un homme qui assume sa position de père. Ils se sont bien trouvés et ont construit ensemble un univers stable et rassurant mais pas emprisonnant ».

https://www.instagram.com/p/CKy0pYZo88q/

A post shared by Carla Bruni (@carlabruniofficial)

De leur complicité, ils sont seuls juges. Mais une chose est certaine : c’est bien Carla qui a convaincu son mari de ne pas retourner dans la mêlée politique. Elle ne souhaite pour rien au monde qu’il se représente en 2022, comme en témoignent ses proches. L’ancien Président a d’ailleurs été une nouvelle fois clair à ce sujet le 3 mars sur TF1 : « Je n’ai pas la volonté de revenir dans la politique, j’ai tourné la page », a-t-il affirmé. Quelqu’un m’a dit qu’en coulisses, Carla Bruni souriait.

Crédits photos : Best Image

Autour de

Source: Lire L’Article Complet