Cécilia Attias : « le goulag » pour ceux qui en parlaient à Nicolas Sarkozy, après leur divorce

Après le divorce de Nicolas Sarkozy et Cécilia Attias en 2007, l’homme politique ne voulait plus rien avoir affaire avec son ex-femme. A tel point que, dans son entourage, on craignait même d’en parler, révèle « Le Point » ce jeudi 16 décembre.

Ce jeudi 16 décembre, Le Point revient sur les soutiens de la première heure de Nicolas Sarkozy, notamment au moment de sa campagne présidentielle et de son élection en 2007. Une année charnière qui était aussi celle de son divorce avec Cécilia Sarkozy, aujourd’hui Cécilia Attias, avec l’homme politique était marié depuis 1996 et avec qui il a eu un fils, Louis, né en 1997. A l’époque, l’ancien chef de l’Etat ne veut plus entendre parler d’elle, se souvient l’un de ses fameux soutiens : « Quiconque prononçait alors le nom de Cécilia était envoyé au goulag« , confie-t-il au Point. S’ils ne devaient pas mentionner son nom, les fidèles de Nicolas Sarkozy ne devaient pas non plus prendre le parti de celle qui, avant leur séparation, avait une grande influence sur lui.

Encore aujourd’hui, certains sont accusés de « trahison« , écrit Le Point, pour s’être à l’époque « rangés du côté de Cécilia« . C’est le cas de Rachida Dati et de David Martinon, assure le journal, mais aussi de Laurent Solly et Pierre Charon. Ces derniers avaient même été rayés de la liste des invités lors de la soirée au restaurant Le Fouquet’s organisée le soir du 6 mai 2007 pour fêter la victoire de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle, citent comme exemple au Point plusieurs proches de l’homme politique.

>> Découvrez : Cécilia Attias : l’évolution en images de ses trois enfants Judith, Jeanne-Marie et Louis

De garde rapprochée à exclus

Comme eux, tous ceux de la garde rapprochée de l’ancien président qui avaient, à ses yeux, choisi le clan de Cécilia, se sont alors fait exclure de son cercle à tout jamais. Des tensions palpables qui ont pu être apaisées avec l’arrivée d’une nouvelle femme dans la vie de Nicolas Sarkozy, Carla Bruni, qu’il épouse en 2008, ajoute Le Point, tout en précisant que « les blessures restent toujours sensibles des années plus tard« .

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : JEAN LOUIS MACAULT / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet