Cédric Jubillar accablé par sa maîtresse : « C’est un menteur et un manipulateur »

Alors que la demande de remise en liberté de Cédric Jubillar est examinée ce mardi 6 juillet par la Cour d’appel de Toulouse, une de ses maîtresses sort du silence. Cette dernière révèle à France 3 Occitanie combien l’époux de Delphine Jubillar est “un menteur” et “un manipulateur”.

Nouveau coup de théâtre dans l’affaire Jubillar. Alors que la Cour d’appel de Toulouse examine la demande de remise en liberté de Cédric Jubillar, le mari de l’infirmière de 33 ans disparue dans le Tarn en décembre dernier, l’une de ses maîtresses prend la parole auprès de nos confrères de France 3 Occitanie. Et ses révélations ne vont pas franchement aider le père de famille mis en examen et placé en détention provisoire le 18 juin dernier, pour “homicide volontaire par conjoint”.

Cette dernière, dont le prénom a été modifié, déclare avoir eu une cyber relation avec Cédric Jubillar entre la mi-janvier et la fin avril 2021. “Au départ, j’avais le sentiment qu’il était transparent et spontané mais je me suis aperçu que c’était un menteur et un manipulateur”, explique-t-elle avant de préciser : “Il était tout le temps content, il rigolait tout le temps, c’était pas très très normal”. Les deux amants ont entretenu une relation intime et même sexuelle sur Internet, avant que celle qui sort aujourd’hui du silence ne coupe les ponts avec Cédric Jubillar, lorsqu’elle a appris qu’elle n’était pas sa seule maîtresse.

Affaire Delphine Jubillar : la colère des avocats de son mari Cédric

C’est quelqu’un qui ment. Il m’a menti, il est capable de mentir à n’importe qui. Je ne suis pas surprise qu’il soit aujourd’hui accusé de la disparition de sa femme” a-t-elle souligné. Déjà entendue, elle devrait à nouveau parler face aux enquêteurs. Virulente à l’encontre de son ex-amant, elle a enfin fait savoir : “Quand je vois comment il parlait de Delphine, je ne serai pas étonnée qu’il soit coupable. Je ne dis pas qu’il l’est, il y a la présomption d’innocence, mais il est comme ça, Cédric, il mentait beaucoup”.

Placé à l’isolement à la maison d’arrêt de Seysses en Haute-Garonne, Cédric Jubillar nie toute implication dans la disparition de sa femme. Il reste présumé innocent des faits reprochés jusqu’au jugement définitif de l’affaire. Sept mois après le début de l’affaire, aucun corps n’a été retrouvé. En audience ce mardi 6 juillet, ses avocats vont tenter de torpiller l’accusation, dénonçant point par point les charges qui pèsent contre leur client.

Crédits photos : Capture Facebook

Autour de

Source: Lire L’Article Complet