« C'est vous la mise à mort ? » : Eric Dupond-Moretti face à une surprenante question

Eric Dupond-Moretti revient dans La Voix du Nord sur le procès de l’affaire d’Outreau, durant lequel il défendait “la boulangère”. Et sur l’étrange remarque qu’une magistrate lui a faite.

Le 9 juin 2004, Eric Dupond-Moretti s’illustre dans son premier procès médiatique et ne se trouve pas dans une position confortable. Avocat de Roselyne Godard, appelée “la boulangère”, dans le procès Outreau qui se tient à Lille, il sera le dernier à avoir la parole.

Dans La Voix du Nord ce mardi 18 août, il revient sur une remarque qu’une magistrate du parquet de Paris lui a faite à propos de cette situation : “Elle me glisse, ironique mais pas antipathique : ‘Vous intervenez en dernier, c’est vous, la mise à mort ?’ Je lui réponds que je n’ai jamais tué personne et je m’avance pour interroger mon protégé.” Malgré ce handicap relevé par son interlocutrice, l’actuel Garde des Sceaux, surnommé Acquittator, sort victorieux de ce procès : comme six autres accusés, sa cliente a été acquittée, après avoir passé 16 mois en prison.

“Il dégageait une telle force !”

Le moment le plus fort que j’ai vécu à ses côtés a sans doute été le jour de ma libération, après plus d’un an de détention préventive. Il m’avait dit : ‘Aujourd’hui, on met le paquet.’ Il dégageait une telle force !“, dévoile Roselyne Godard dans les colonnes du quotidien régional.

Après l’affaire d’Outreau, Eric Dupond-Moretti est devenu l’avocat médiatisé qu’on connait. Le compagnon d’Isabelle Boulay, qui s’est dit prêt à défendre Klaus Barbie ou Hitler “s’ils [le lui] avaient demandé“, a pris part à des procès plus retentissants les uns que les autres. Il a plaidé pour Abdelkader Merah, frère de Mohamed Merah, le “tueur au scooter”, l’homme politique Georges Tron, et Patrick Balkany plus récemment.

Crédits photos : Christophe Clovis / Bestimage

Source: Lire L’Article Complet