Charles Trenet accusé de détournement de mineurs : 20 ans après sa mort, la triste vérité éclate

En février 2001, Charles Trenet rendait l’âme à l’âge de 87 ans. A l’occasion du vingtième anniversaire de sa mort, son ami Jacques Pessis a tenu à rétablir la vérité sur les accusations de détournement de mineurs qui pesait sur le chanteur.

Le mouvement #MeToo est en ce moment à son apogée. Près de deux mois après la sortie du livre de Camille Kouchner, la parole des victimes d’abus continue de se libérer. Ainsi, après le politologue Olivier Duhamel, le producteur Gérard Louvin, l’acteur Richard Berry, le parolier Yohann Mallory, c’est le journaliste Patrick Poivre d’Arvor qui est accusé de viols par une écrivaine de 36 ans.
Au lendemain de l’annonce de l’ouverture d’une enquête, les langues se délient et ses anciennes collègues peignent un triste portrait de l’ancien présentateur du JT de TF1.
Charles Trenet accusé de pédophilie
Il y a plus de 20 ans, c’est le chanteur Charles Trenet qui était pointé du doigt et accusé de pédophilie et de collaboration. Des rumeurs qui se sont amplifiées après sa mort survenue en février 2001. À l’occasion du 20e anniversaire de son décès, son ami Jacques Pessis, qui fut son biographe, a donc tenu à rétablir la vérité. Dans les colonnes du Parisien, il assure qu’il s’agit de son “devoir” et explique qu’il n’a pu s’exprimer avant, faute de preuves. Or, il y a deux ans, il aurait reçu de la veuve de l’attaché de presse de Charles Trenet de nombreuses lettres de ce dernier, ainsi que des documents “prouvant son innocence sur les deux pires rumeurs.”.
Une vérité que Jacques Pessis rétablit dans un livre baptisé “Trenet hors-chant” et dont Le Parisien a dévoilé quelques extraits. L’auteur évoque donc les rumeurs de collaboration avec les nazis à l’époque de la seconde guerre mondiale et explique que Charles Trenet avait été menacé d’être mis en prison s’il ne produisait pas dans les fameux concerts auxquels les nazis ont assisté.
Charles Trenet avait aussi été accusé de détournements de mineurs sur trois hommes de 18 ans, alors que la majorité sexuelle était à l’époque fixée à 21 ans. Emprisonné pendant 29 jours, il avait été blanchi et relaxé en appel. Il est aujourd’hui révélé que l’homme qui l’avait dénoncé, à savoir le gardien de son château d’Aix-en-Provence, aurait tout inventé par vengeance. Le gardien avait en effet été renvoyé sans indemnités par Charles Trenet. Jacques Pessis aurait alors demandé Charles Trenet de tout faire pour rétablir la vérité : “Je lui ai demandé plusieurs fois de le faire, mais il se foutait des rumeurs et esquivait les questions intimes en interview“.

Aliénor de la Fontaine

Source: Lire L’Article Complet