Christophe Dechavanne : son coup de gueule contre les Français en plein Covid-19

Le samedi 20 février 2021, Christophe Dechavanne a poussé un gros coup de gueule sur Twitter. La raison ? Le relâchement des Français, qui ont profité du beau temps pour se rassembler en masse, en pleine épidémie de Covid-19.

  • Christophe Dechavanne

Les gestes barrières, le masque, le gel hydroalcoolique, le couvre-feu… Depuis le mois de février 2020 et les premiers ravages de l’épidémie de Covid-19 en France, les Français ont appris à vivre avec de nouvelles règles, pour ralentir la propagation du virus. Pourtant, alors que le gouvernement tente d’éviter un troisième confinement, les citoyens ont de plus en plus de mal à respecter ces contraintes, d’autant plus avec la réapparition des beaux jours. En effet, le samedi 20 février 2021 marquait le retour du grand soleil dans l’Hexagone après une période de froid intense. L’occasion pour de nombreux Français de se retrouver dans les rues pour profiter des températures printanières. Paris, Bordeaux, Lyon, Marseille… Dans les grandes villes, de nombreux groupes se sont formés dans les rues, et de nombreuses photos ont été partagées sur les réseaux sociaux. Un des internautes choqués par ce relâchement des Français est Bertrand Hadet, journaliste chez BFM TV, qui sur Twitter a accompagné des clichés de foules d’un texte au vitriol : “Paris cet après-midi. Masques portés à la perfection, distanciation sociale respectée au millimètre, et c’est pas comme si on avait un variant plus contagieux”. Un coup de gueule qui a été partagé par une figure du PAF : Christophe Dechavanne.

Christophe Dechavanne a perdu un ami, mort du coronavirus

L’animateur et producteur a retweeté le message de son confrère et a qualifié la situation de “désespérante”. Le sociétaire des Grosses Têtes parle souvent de la Covid-19 sur les réseaux sociaux et son agacement face au manque de distanciation peut se comprendre. En effet, au mois de décembre 2020, il avait annoncé le décès d’un de ses proches, emporté par le coronavirus. À l’époque, la campagne de vaccination n’avait pas encore commencé et l’animateur de 63 ans s’en était ému : “Mon pote Éric mort mercredi dernier aurait été vacciné, c’est lui qui écrirait là. Ce n’est pas possible si on est écouté de proposer du temps”.

Source: Lire L’Article Complet