Christophe : ses confidences posthumes sur sa rupture avec Véronique

Ce jeudi 1er avril, Paris-Match publie les bonnes feuilles des Mémoires de Christophe, décédé en avril 2020. Dans cet ouvrage à paraître le 7 avril, l’interprète des Mots bleus est revenu sur sa longue relation avec Véronique Bevilacqua, “le grand amour” de sa vie.

A propos de


  1. Christophe


  2. Véronique Bevilacqua

Dans son prochain numéro ce jeudi 1er avril, Paris-Match consacre sa couverture à Christophe, mort le 16 avril 2020 des suites d’une maladie pulmonaire, aggravée par l’épidémie de Covid-19. À l’occasion de sa nouvelle parution, l’hebdomadaire publie des extraits de Vivre la nuit, rêver le jour, les mémoires du chanteur, disparu avant de pouvoir publier cet ouvrage personnel. À paraître le 7 avril aux éditions Denoël, ce livre retrace notamment la longue histoire d’amour entre l’interprète des Paradis perdus et son épouse, Véronique Bevilacqua, la femme de sa vie. Ou, selon les propres mots de Christophe, “le grand amour de ma vie”. “Ma femme et la mère de ma fille Lucie, la plus belle rencontre de ma nuit, confie le dandy, décédé à l’âge de 74 ans à l’hôpital de Brest.

Présente à ses côtés lors de son décès, Véronique Bevilacqua a partagé la vie de Christophe pendant près de trois décennies. Si le chanteur et son épouse ont fini par se séparer, ils n’ont en réalité jamais divorcé. En effet, la justice était “un truc complètement foireux” pour l’artiste, avait-il expliqué dans les colonnes d’Ici Paris en 2012, près de vingt ans après leur rupture. Dans ses mémoires, Christophe retrace son histoire avec sa compagne, relatant ainsi les raisons de leur séparation. “Je suis parti parce que Véronique se détachait et qu’on s’engueulait tout le temps, raconte-t-il au fil des pages. Pourtant, cette séparation, je ne l’ai jamais vraiment bien comprise.” Les années ont passé et pourtant, la voix des Mots bleus ne s’explique toujours pas pourquoi leurs chemins ont bifurqué. “Je crois qu’elle non plus”, reconnaît-il, tout en réaffirmant son affection pour Véronique, “la femme de sa vie”.

Une vente aux enchères très lucrative

Christophe a rencontré Véronique en 1968, quatre ans après avoir son idylle avec Michèle Torr, la mère de son premier enfant, Romain Vidal, qu’il n’a jamais voulu reconnaître. Avec Véronique, c’est “le coup de foudre”. Ensemble, ils ont eu une fille, Lucie, née en 1967. À sa mort, Christophe a été inhumé à Paris, dans la plus stricte intimité, sans que son fils n’ait été tenu au courant de l’organisation des obsèques. Une mise à l’écart qui l’a d’ailleurs beaucoup affecté. “On me prend pour un con concernant l’enterrement de mon père biologique”, avait déclaré Romain, très amer, sur sa page Facebook.

En juin dernier, Véronique Bevilacqua avait accueilli France Inter dans l’appartement parisien de Christophe, l’occasion de lever légèrement le voile sur le quotidien de son ancien compagnon. “Il a dû aussi faire des parties de poker ici, parce qu’il y a des mallettes de jetons. Je ne sais pas s’il se rattrapait au poker parce que je crois qu’il a quand même perdu pas mal d’argent”, avait-elle alors confié, évoquant à demi-mot les problèmes d’argent de Christophe. Manquant de place pour conserver tous les effets personnels du chanteur, Véronique Bevilacqua et sa fille ont pris la décision de vendre aux enchères l’héritage, composé pêle-mêle d’œuvres d’art, de jukebox et de radios, de disques et de guitares, de figurines… En tout, la vente a permis de récolter 650 000 euros, six fois plus que l’estimation de départ, en novembre dernier.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : CINQUINI / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet