Cindy (Koh-Lanta) se confie sur ce qu’elle a vécu de « pire pendant l’accouchement »

Cindy, finaliste de la dernière saison de Koh-Lanta, a confié les détails de son accouchement dans une story sur Instagram le 24 octobre. Un moment qui s’est relativement bien passé à un bémol près.

« Que du bonheur, de l’amour  ». Quelques jours à peine après son accouchement, Cindy, finaliste de Koh-Lanta : la guerre des chefs, raconte comment s’est passée la naissance de sa petite Alba. Celle qui a marqué la dernière saison du jeu de survie livre toute la réalité de ce moment si particulier. L’accouchement semble globalement s’être bien passé. Et même très bien à en croire la jeune maman ! « La sage-femme a appelé une équipe, trop bonne ambiance, on me chambrait sur Koh-Lanta. [ ] Je mets les pieds sur les étriers et on m’a dit qu’on voyait déjà ses cheveux. [ ] J’ai une contraction qui arrive, on m’a dit de pousser, on m’encourageait à bloc. J’ai dû pousser trois ou quatre fois. En même pas cinq minutes, Alba était là. On me l’a posée dessus, c’était un sacré moment  »,a-t-elle détaillé dans sa story sur Instagram le 24 octobre.

Un problème encore difficile à gérer

Seul un petit « détail  » s’est invité lors de ce moment plein d’émotions. Les montées de lait incessantes ont vraiment dérangé la jeune femme qui en a beaucoup souffert. « Le pire du pire dans l’accouchement, c’est la montée de lait. Je n’étais pas prête. J’avais vraiment des ballons de basket à la place des seins, c’était ultra douloureux, je n’en avais pas dormi de la nuit. Là, ça commence un peu à décongestionner, mais c’est affreux. »

Un moment difficile à passer mais qui ne l’empêche pas d’allaiter. En effet, celle qui estime déjà que son bébé sera « une vraie fille à son papa », veut profiter de ces moments même si ce n’est pas encore tout à fait au point : « On a mis en place l’allaitement. C’est quelque chose de compliqué, mais j’ai la chance d’avoir du lait et un bébé qui tète bien. Après, il faut faire la mise en place. C’est un peu compliqué de trouver de bonnes postures, c’est assez douloureux », a-t-elle conclu sans être pour autant défaitiste. Le meilleur est à venir.

Source: Lire L’Article Complet