Clémentine Célarié brise le silence sur les violences conjugales qu’elle a subies

Invitée sur Europe 1, Clémentine Célarié est revenue sur une relation toxique qui l’a mise en danger. La comédienne a révélé avoir été victime de violences conjugales de la part d’un ex-compagnon, contre lequel elle n’a jamais porté plainte.

Clémentine Célarié s’est exprimée pour la toute première fois sur le comportement violent d’un ancien compagnon. Le lundi 28 octobre, la comédienne de 62 ans était invitée sur Europe 1, où elle a évoqué le sujet en toute transparence. « J’ai vécu ça. J’ai été victime de violences conjugales », a-t-elle révélé, avant d’en dire davantage sur la relation toxique qu’elle vivait à l’époque.

Si l’actrice n’en avait jamais parlé jusqu’à présent, c’est parce qu’elle estime qu’elle n’a « pas été en danger de mort ». « Ça a été quand même loin », a néanmoins reconnu la maman d’Abraham, Balthazar et Gustave. Malgré la gravité des faits, Clémentine Célarié n’a à l’époque jamais songé à témoigner auprès de la police. « Jamais je ne serais allée porter plainte parce que c’est lié à un rapport amoureux, parce que quelques temps après l’homme que vous aimez pleure dans vos bras en disant qu’il ne le fera plus jamais, a-t-elle ajouté. Je dis ça exprès parce que je pense qu’on est énormément nombreuses à vivre ça. »

« On veut qu’on nous considère »

La comédienne a affirmé que si elle avait subi ces violences à l’heure actuelle, elle serait probablement sortie de son silence. « Si j’avais su, si ça avait été aujourd’hui en 2019, je pense qu’avec tout le dialogue et tout ce qu’on fait autour de ça, naturellement, je me serais dit : “C’est pas parce que tu vas aller voir les flics qu’on va te regarder comme une machin“, a-t-elle assuré. En plus, quand t’es connue, c’est pire. Il faut que ça devienne normal de pouvoir être protégée quand on se fait taper dessus, et sans que non plus on se dise qu’on va tuer l’homme qui nous a tapée dessus. On ne veut pas ça. On ne veut pas qu’on le condamne, on veut qu’on nous considère. » Pour Clémentine Célarié, la libération de la parole doit avant tout permettre aux victimes de violences conjugales de recevoir du soutien, et de briser définitivement le tabou sur le sujet.

“Il faut que ça devienne normal d’être protégée quand on se fait taper dessus”

🗣️ Pour la première fois, Clémentine Célarié confie avoir été victime de violences conjugales

☎ Pour participer : 3921

📻 Pour écouter : https://t.co/2HBhhaEeJP

🗣️ Pour réagir : #Europe1 pic.twitter.com/n7wm3qgAqr

Source: Lire L’Article Complet