« Des situations atroces » : Camille Kouchner bouleversée par les lettres qu’elle reçoit

En janvier dernier, Camille Kouchner dénonçait les actes incestueux de son beau-père, le politologue Olivier Duhamel, dans un livre événement intitulé « La Familia grande ». Depuis, l’auteure croule sous les lettres de témoignages similaires.

Séisme littéraire, politique et sociétal, la parution de l’ouvrage La Familia grande révèle les abus sexuels subis plusieurs années durant par le frère jumeau de l’auteure Camille Kouchner. L’accusé est leur propre beau-père, le professeur émérite Olivier Duhamel. L’ampleur du scandale, et son éclatement tardif des décennies après les faits, auront l’effet grandement positif de servir à la libération de la parole. « Ce que ce livre a provoqué du point de vue de ma famille n’a aucun intérêt. Ce qui est intéressant, c’est le mouvement que ça a déclenché« , insiste Camille Kouchner dans les colonnes de L’Obs, mercredi 5 janvier. Douze mois après la publication de ses écrits, la juriste révèle avoir reçu « vraiment beaucoup » de lettres, relatant « des situations atroces« .

Avec émotion, celle qui a rompu l’omerta explique qu’il y a « plusieurs types de lettres » : « D’abord, des personnes parfois très âgées parlent enfin, parfois pour la première fois, des incestes qu’elles ont subis […] Ensuite, des gens me parlent du livre lui-même […] Enfin, il y a des lettres beaucoup plus dures à lire, celles de gens confrontés à l’inceste actuellement : des parents ou des grands-parents qui s’inquiètent pour un enfant, ne l’ont pas vu depuis cinq ans, ne s’en sortent pas…« 

Les mots bouleversants des lecteurs

« Une dame m’a écrit : ‘Votre ‘Familia grande’ ne s’est pas beaucoup préoccupée de vous, mais vous avez élargi la famille et on va se préoccuper de vous.’ Elle m’émeut, cette lettre« , indique Camille Kouchner. En avril dernier, auditionné par la brigade de protection des mineurs, Olivier Duhamel était passé aux aveux. En octobre, l’affaire a été classée sans suite… pour cause de prescription.

Crédits photos : SIPA

Autour de

Source: Lire L’Article Complet