« Détestable », « brutal », « arrogant » : Aurélien Pradié fustigé par son propre camp

Aurélien Pradié, député et candidat à la présidence des Républicains, ne semble pas être apprécié de ses collègues, qui le désignent comme quelqu’un de «  détestable  » et d’  » individualiste « .

Alors que se déroulera, les 4 et 11 décembre prochains, le congrès des Républicains qui permettra d’élire le futur président, Aurélien Pradié, numéro 3 du parti, s’est porté candidat face à Éric Ciotti. Toutefois, l’homme de 36 ans, décrit comme quelqu’un de «  détestable « , d’ » individualiste « , de  » brutal « , d’ » arrogant  » ou encore de  » violent  » par ses collèguesne paraît pas vraiment apprécié au sein de son parti, rapporte L’Express. Éric Ciotti, lui, semble donc être favori pour remplacer Christian Jacob.

 » Il a une cible dans le dos. Tout le monde veut se le manger « , avoue alors une responsable des Républicains à nos confrères du magazine. Entouré de bons nombres d’ennemis au sein de son parti, «  jaloux  » de son talent, Aurélien Pradié voit le siège de patron du parti bien difficile d’accès. Celui qui «  ne fait pas l’effort  » quand  » il n’aime pas quelqu’un «  selon la députée Virginie Duby-Muller, n’a pas hésité à baptiser son camp «  l’Ehpad « , au grand mécontentement de ses collègues.

« L’hypocrisie sociale je ne sais pas faire »

 » Je peux être dur, mais autant avec moi qu’avec les autres, se défend-il. L’hypocrisie sociale, je ne sais pas faire.  » Le député du Lot s’élève alors contre ses collègues «  héritiers « , lui qui a «  grandi politiquement seul  » et s’est «  fait pilonner la gueule pendant des années au département  » selon ses mots. Avec le «  tempérament de ses convictions « , Aurélien Pradié aspire à un renouvellement du mouvement, s’appuyant sur l’arrivée de jeunes dans le paysage politique tels que Gabriel Attal ou Jordan Bardella.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : David Niviere / Pool / Bestimage

A propos de


  1. Aurélien Pradié

Autour de

Source: Lire L’Article Complet