Diners clandestins: Michel Sarran nie fermement y avoir participé

Le chef étoilé a tenu à faire une mise au point suite à l’article paru Le Monde qui révèle que le cuisinier signe la carte d’un club de direction qui propose des repas servis à table dans des salons privatifs parisiens.

Restez informée

Michel Sarran, l’un des quatre jurés de l’émission Top Chef sur M6 voit rouge. Selon Le Monde, le chef étoilé toulousain compte, parmi ses activités, celle de proposer des repas aux membres du select Club TP90 de la fédération nationale des travaux publics (FNTP). “Si le chef Sarran s’y montre peu, il peut compter sur le talent d’une équipe de cuisiniers animée par l’un de ses ’lieutenants’, le chef Frédéric Le Guen-Geffroy, salarié de la société Michel Sarran Conseil“, peut-on y lire. Pour des déjeuners ou dîners d’affaires, après l’heure du couvre-feu, les convives se retrouvent dans des salons privés, autour de mets et vins raffinés, imaginés par Michel Sarran. Mais en temps de fermeture des restaurants, de crise sanitaire, de restaurants clandestins, ces repas professionnels laissent un goût amer alors même que Michel Sarran poussait récemment un coup de gueule contre ces repas servis en toute discrétion.

C’est dire si sa réponse, suite à l’article du Monde, était attendue. Elle est est arrivée via un communiqué envoyé par M6. Michel Sarran y explique n’être “pas présent lors de ces déjeuners ou diners à la Fédération Nationale des Travaux Publics. Je ne suis qu’un prestataire de service qui a signé la carte de cette Fédération. Un de mes salariés est délégué à la cuisine de cette Fédération. Je (et/ou mon salarié) ne m’occupe aucunement des réservations dans ce restaurant d’entreprise/fondation, ni de la décision d’ouvrir ce restaurant d’entreprise/fédération. Cette prestation intervient dans le cadre d’un contrat annuel et ma société est rémunérée directement par la Fédération Nationale des Travaux Publics et aucunement par les personnes présentes à ces déjeuners ou dîners“. Le chef précise également qu’il ne connaît ni l’identité ni le nombre de convives. Selon lui, pas de quoi monter cette affaire en mayonnaise: “C’est me faire un très mauvais et très injuste procès. Pas de quoi en faire un plat..

A lire aussi: Philippe Etchebest condamne les restaurants clandestins : “Je n’encourage pas la désobéissance”

Source: Lire L’Article Complet