Disparition de Delphine Jubillar : les rares confidences des collègues de l'infirmière

Samedi 12 juin 2021, près de six mois après la disparition de Delphine Jubillar, ses collègues ont décidé d’organiser une marche blanche dans les rues de Cagnac-les-Mines. L’occasion pour les infirmières, très discrètes depuis décembre, de montrer qu’elles “n’oublient pas” la mère de famille disparue.

  • Delphine Jubillar

C’est la question que tout le monde se pose depuis bientôt six mois : où est donc passée Delphine Jubillar ? Sa mystérieuse disparition, dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, intrigue en effet la France entière. Mais surtout sa famille et ses amis… Malheureusement, plusieurs zones d’ombre ralentissent le travail de la section de recherches de Toulouse et de la brigade de recherches d’Albi, tandis que certaines “anomalies” sont pointées du doigt par les proches de l’infirmière. Alors que l’enquête semble au point mort, l’entourage de cette mère de famille de 33 ans ne perd pas espoir. Ses proches amies restent mobilisées et continuent régulièrement d’organiser des battues pour retrouver Delphine Jubillar, ou du moins des indices permettant de comprendre (enfin) ce qu’il a bien pu lui arriver. Cette fois-ci, ce ne sont pas ses copines mais ses collègues qui ont décidé de se réunir pour saluer sa mémoire.

Comme indiqué dans une publication Facebook, repérée par La Dépêche, les infirmières et infirmiers de la clinique Claude-Bernard – où Delphine Jubillar exerçait au service gériatrie – souhaitent “montrer qu’ils ne l’oublient pas”. Samedi 12 juin 2021, presque six mois jour pour jour après la disparition, une marche blanche sera organisée dans les rues de Cagnac-les-Mines en l’honneur de celle qui était aussi devenue une amie. Le rendez-vous est donné à 14 heures, place du Vigan, où tous les participants pourront se réunir avant de se diriger, en cortège silencieux, vers l’établissement de santé où travaillait la jeune femme. Cédric Jubillar, son mari, fera-t-il une apparition surprise comme lors du dernier rassemblement ?

Elle est vraiment froussarde” : selon une collègue, Delphine Jubillar ne serait jamais sortie seule en pleine nuit

Si l’événement peut surprendre, c’est notamment parce que les collègues de Delphine Jubillar s’étaient faits très discrets depuis le mois de décembre dernier. Comme le rapportent nos confrères de La Dépêche, une infirmière l’ayant côtoyé pendant des années s’était confiée lors de la toute première battue, organisée le 23 décembre. Elle décrivait alors Delphine Jubillar comme “une personne souriante, avenante”, tout simplement “quelqu’un d’adorable”. Cette dernière évoquait également, avec nostalgie, les souvenirs de ces “soirées de Noël et de réveillons du Nouvel An [qu’elles ont] passées ensemble, de garde”. Mais pour elle, aucun doute : il ne s’agit pas d’une disparition volontaire – contrairement à ce que semble croire (ou du moins espérer) Cédric Jubillar. “Elle est vraiment froussarde. Elle n’osait jamais aller seule dans la réserve au sous-sol, elle demandait toujours qu’on l’accompagne, ou alors que quelqu’un y aille à sa place. Alors sortir toute seule en pleine nuit… Et puis ses enfants, c’était la prunelle de ses yeux, jamais elle ne les abandonnerait”, expliquait-elle.

A lire aussi : Disparition de Delphine Jubillar : les gendarmes se déplacent après la découverte d’une promeneuse

Source: Lire L’Article Complet