Disparition troublante de Peng Shuai : ce message qui inquiète…

Une chaîne d’État chinoise a dévoilé ce mercredi 17 novembre un message qui proviendrait du téléphone de Peng Shuai, la joueuse de tennis disparue après avoir accusé d’agression sexuelle un ancien haut-responsable du pays. Une question reste en suspens : le message vient-il bien d’elle ?

Peng Shuai a été portée disparue depuis deux semaines. La joueuse de tennis n’a plus donné signe de vie depuis son accusation d’agression sexuelle à l’encontre d’un ancien vice-premier ministre chinois. Ce mercredi 17 novembre au soir, la chaîne d’État chinoise CGTN a révélé qu’un message a été envoyé depuis le téléphone de la sportive de 35 ans, d’après LCI. Une capture d’écran a été diffusée sur la chaîne de télévision : « Les informations, notamment concernant l’accusation d’agression sexuelle, sont fausses », peut-on lire dans le courrier très suspect. « Je ne suis ni disparue ni en danger. J’étais juste au repos chez moi, tout va bien. Merci encore d’avoir pris de mes nouvelles ».

Pour le chef de Peng Shuai, ça n’est pas elle qui a envoyé ce message, malgré le fait qu’il provient bien de son téléphone. « J’ai tenté à plusieurs reprises de la joindre par différents moyens de communication, en vain », a indiqué Steve Simon, d’après les informations de LCI. Il a notamment demandé que Peng Shuai « soit autorisée à s’exprimer librement, sans coercition ni intimidation d’aucune sorte. » Il exige également une « preuve indépendante et vérifiable » que la joueuse de tennis est bien en sécurité. L’association Défenseurs des droits de l’Homme en Chine a de son côté remis en cause le message dévoilé. « Le gouvernement chinois a une longue expérience consistant à détenir arbitrairement des gens impliqués dans des affaires controversées, à les empêcher de parler librement et à les contraindre à des déclarations publiques », a expliqué William Nee, membre de l’organisation, dans un communiqué.

Une disparition de plus en plus inquiétante

Le patron de la WTA est certain que ce message provient d’une autre personne : « J’ai du mal à croire que Peng Shuai ait effectivement écrit l’email que nous avons reçu et qu’elle puisse penser les mots qui lui sont attribués ». Les propos diffusés vont en effet à l’encontre de ceux qu’elle avait publiés le 2 novembre dernier. Depuis, sa déclaration a été censurée du réseau social Weibo et d’internet en Chine. La joueuse disparue y accusait l’ancien haut-responsable chinois de l’avoir obligé à avoir des rapports sexuels non-désirés avec lui.

« Cet après-midi-là, j’ai d’abord refusé. En proie à la peur et au trouble, […] j’ai cédé et nous avons eu un rapport sexuel », pouvait-on notamment lire. « Je sais que grâce à votre rang élevé de vice-premier ministre, vous dites que vous n’avez pas peur, mais même si c’est jeter un œuf sur un rocher, même si je dois aller à ma perte en le faisant, je dirai la vérité à votre sujet ».

Crédits photos : Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet