Édouard Philippe “méfiant” vis-à-vis de Valérie Pécresse : “Il ne la trouve pas fiable”

Édouard Philippe cherche du côté de la droite pour fédérer aux côtés d’Emmanuel Macron en vue de la présidentielle de 2022, mais l’élection de Valérie Pécresse comme cheffe de file des Républicains ne devrait pas le ravir comme le rapporte le “Parisien”…

Édouard Philippe a de grands projets. L’ancien Premier ministre continue de naviguer entre son nouveau parti Horizons et la préparation d’une probable candidature d’Emmanuel Macron pour une nouvelle course à l’Élysée. Mais le maire du Havre a dû prendre en compte dans son agenda l’arrivée Valérie Pécresse, la candidate victorieuse de la primaire des Républicains, qui avance elle aussi à toute allure. Une connaissance que l’homme politique n’a jamais vraiment portée dans son cœur comme en ont témoigné plusieurs de ses proches auprès du Parisien le 17 décembre. “Ils se connaissent, mais ne sont pas proches« , a ainsi précisé l’entourage du d’Édouard Philippe.

Le maire du Havre a en effet croisé plusieurs fois le chemin de la présidente de la région Île-de-France au cours de sa carrière. En 2012 par exemple, alors qu’il est nommé député, Édouard Philippe a occupé à l’Assemblée nationale un bureau juste en face de celui de Valérie Pécresse. Une proximité qui n’a pas empêché l’ancien Premier ministre d’Emmanuel Macron d’être sur ses gardes quant à son ancienne collègue : “Il a toujours été méfiant vis-à-vis d’elle, il ne la trouve pas fiable”, a rapporté un conseiller ministériel, ancien membre de l’UMP, à nos confrères du Parisien.

> Découvrez qui sont les membres de la galaxie Édouard Philippe

Une adversaire de taille ?

Valérie Pécresse pourrait-elle mettre des bâtons dans les roues d’Édouard Philippe dans sa quête pour mobiliser les voix de droite en faveur d’Emmanuel Macron ? Alors que l’ancien Premier ministre a été missionné pour trouver des soutiens au président en vue de l’élection de 2022, la candidate LR continue de gagner du terrain. Mais l’entourage de l’ex-Premier ministre veut se rassurer : “La désignation de Valérie va peut-être retenir quelques mois des élus LR. Mais ils ne doivent pas oublier qu’elle est le visage doux d’idées dures”, a ainsi déclaré Gilles Boyer au quotidien de la capitale.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Bruno Bebert / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet