Elizabeth II et la famille royale soulagées après un sacré bouleversement !

Le 30 novembre prochain, la famille royale britannique fera face à un sacré bouleversement, mais pour certains, il pourrait s’agir d’un grand « soulagement ».

La monarchie a connu de nombreux bouleversements au cours de l’année 2021. Si la pandémie de coronavirus a apporté son lot de soucis, les membres de la famille royale ont fait face à la disparition du prince Philip, le 9 avril dernier, à l’âge de 99 ans. Par ailleurs, Elizabeth II sera détrônée le 30 novembre prochain, du moins, d’une partie de son territoire. La Barbade a terminé son processus d’indépendance républicaine et c’est une toute première présidente, Sandra Mason, qui assurera la gouvernance de cette île des Caraïbes. Et pour la famille royale britannique, c’est un « soulagement«  que cela se soit produit sous le règne d’Elizabeth II.

Anna Whitelock, professeure de monarchie moderne à la City University, a déclaré lors d’une interview accordée à Express.co.uk : « Je pense qu’il y aura un soulagement à Buckingham Palace que cela se produise au cours du règne de la reine plutôt qu’au début du règne du prince Charles, où cela pourrait être vu comme un rejet plus explicite de lui. » En effet, selon l’experte royale, le sentiment républicain devrait augmenter après la mort de la reine. « Je ne pense pas, pour l’instant, qu’il y ait un grand cri pour une république, mais je pense que la discussion sur l’avenir, la vitalité, la nécessité, l’utilité, la pertinence de la monarchie en Grande-Bretagne – tout cela va attendre la mort de la reine« , a également ajouté Anna Whitelock.

> Découvrez les plus beaux chapeaux de la reine d’Angleterre

William préféré à son père ?

Lorsque le prince Charles prendra la relève de sa mère, des contestations pourraient être à prévoir. « Le mieux que Charles et Camilla puissent espérer et attendre est l’apathie« , a déclaré la professeure au média britannique, avant de préciser : « Les gens ne sont en quelque sorte pas énergisés et enthousiasmés par ce nouveau règne, d’une manière qu’ils pourraient peut-être l’être davantage s’il s’agissait de William et Kate. » La cote de popularité du fils d’Elizabeth II n’est pas au beau fixe. D’après un récent sondage réalisé par Redfield & Wilton, seul un quart de la population britannique souhaiterait que le prince Charles monte sur le trône, beaucoup préférant William à la place.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Backgrid UK/ Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet