Elizabeth II : ses avocats éclaboussés par des accusations d’antisémitisme et de sexisme

Les avocats de la famille royale depuis 1930 sont au cœur d’un scandale dont la reine Elizabeth II se serait bien passée. Le cabinet est notamment accusé d’être antisémite et sexiste.

La Reine Elizabeth II est au cœur d’une polémique bien malgré elle. Fiona Shackleton est l’une des avocates les plus réputées dans les affaires de divorce outre-Manche. Surnommée “The Steel Magnolia”, elle a représenté le prince Charles lorsqu’il a divorcé de la princesse Diana et le prince Andrew lors de sa séparation d’avec Sarah Ferguson. Fiona Shackleton, qui était autrefois associée dans le cabinet d’avocats de la famille royale britannique, affronte maintenant ses anciens employeurs. Elle accuse notamment Farrer & Co d’être “un foyer d’antisémitisme et de sexisme.

La baronne Fiona Shackleton de Belgravia a révélé au Daily Mail :Les femmes ont été victimes d’intimidation et, étant juive, j’ai été victime d’intimidation. L’avocate déplore le fait d’avoir entendu à de nombreuses reprises des propos sexistes et antisémites. Ils lui auraient notamment dit : “Nous n’avons ce client que parce que nous n’employons pas de Juif dans le transfert de propriété”, ou bien “vous n’obtiendrez pas d’équité parce que [vous pensez] qu’il vaut mieux avoir deux enfants.” Elle a également ajouté en se remémorant : “J’apportais beaucoup plus de travail que quiconque, mais je partais à 17h30 pour coucher mes filles. Ils m’ont terrorisée en me faisant croire que je n’étais pas très bonne.”

Le cabinet s’occupe de la famille royale depuis 1930 !

Face à ces accusations, le cabinet Farrer & Co, qui agit pour la famille royale depuis les années 1930, a tenu à démentir tout comportement antisémite ou sexiste. Un porte-parole a déclaré : “Le cabinet est attristé par les commentaires de Fiona. Ils ne reflètent pas l’entreprise d’il y a 20 ans et n’ont aucun rapport avec l’entreprise d’aujourd’hui. Fiona était une partenaire d’équité et son départ n’avait rien à voir avec son sexe ou sa foi.” Même si la famille royale n’est pas directement concernée par ces accusations, la reine Elizabeth II se retrouve une nouvelle fois au milieu d’un scandale dont elle se serait bien passée.


Source: Lire L’Article Complet