Émilie Nef Naf en colère : l’influenceuse raconte comment ses vacances sont tombées à l’eau

Blasée. Voilà comment se sent Émilie Nef Naf deux jours après sa tentative d’escapade familiale sur un bateau de croisière. La compagne de Jérémy Ménez s’est emparée de son portable et a raconté en story cette fugue qui finit… en eau de boudin.

Emilie Nef Naf

Jérémy Ménez

Tout avait si bien commencé… Le 3 avril dernier, Emilie Nef Naf publiait sur son compte Instagram une photo sur laquelle on la voyait descendre un clinquant escalier de verre, celui d’un bateau de croisière supposé l’emmener elle et ses proches loin des soucis du quotidien et de la pandémie de Covid-19. Dès le 4 avril, la gagnante de Secret Story 3 posait avec sa fille, dans son lit, un appétissant petit déjeuner devant elles… Et puis les choses ont soudain pris pour la beauté brune une tournure très déstabilisante. Ce lundi 5 avril, elle commence à rédiger une nouvelle story dont le ton est à l’opposé de la précédente : “Quand une jolie croisière devient un cauchemar“, assure-t-elle avant d’expliquer qu’un cas de Covid a été détecté sur le paquebot et que ses enfants seraient cas contact. La compagne de Jérémy Ménez indique avoir été dans l’impossibilité de dormir, et filme une combinaison anti Covid qui dérive sur les eaux sombres à côté du bateau. Ambiance…Je suis en train de vivre un cauchemar, j’ai même pas les mots, ils nous ont enfermés dans une partie du bateau. Pourtant les tests des enfants sont négatifs Genre on doit faire un voyage sécurisé et ensuite ils vont encore nous enfermer. Je suis dégoûtée j’ai attendu un an. (…) Franchement je pensais vraiment pas qu’il allait nous arriver un truc comme ça…” , a-t-elle déploré.

“On est déjà mal…”

Et ça ne s’arrange pas par la suite. Emilie Nef Naf découvre comment les choses vont s’enchaîner. “L’idée c’est de nous mettre dans une voiture, et nous ramener chez nous sans pouvoir nous arrêter ni aller au toilettes ni s’arrêter dans une station service pour manger ou quoi que ce soit, parce qu’ils supposent que nos enfants peut être… C’est compréhensible mais bon et ensuite on doit rester enfermer 10 jours ou 15 jours, poursuit-elle, avant de faire comprendre qu’elle perd patience. Je hais le Covid qui nous a mis dans cette vie bizarre là. (…) Vous savez le pire (…) les gens sont devenus méchants vilains agressifs, ils nous traitent mal, (…) ça devrait être le contraire déjà nous on est mal…” Emilie Nef Naf qui manque sans doute de sommeil envisage de sauter dans l’eau ou sur les ailes d’une mouette à qui elle envie sa liberté. La délivrance finit néanmoins par arriver, il y a peu la story de la brune – qui vient d’écrire un livre – dévoilait un trajet en voiture qui la ramène à son point de départ. On lui souhaite un nouveau voyage bientôt, avec des mouettes et sans Covid, évidemment.

Source: Lire L’Article Complet