Emmanuel Macron : ce coup dur porté envers le Professeur Jean-François Defraissy

Depuis le mois de janvier, Jean-François Delfraissy s’est fait plus discret dans les médias. Comme l’a expliqué L’Opinion dans un papier paru ce lundi 5 avril, le président du Conseil scientifique n’aurait pas digéré qu’Emmanuel Macron ne suive pas ses préconisations pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

A propos de


  1. Emmanuel Macron


  2. Jean-François Delfraissy

C’est un désaveu qui a semble-t-il du mal à passer. Depuis le mois de janvier, et malgré la propagation du virus qui a continué, Jean-François Delfraissy a pris la décision de s’éloigner des médias. “Son coeur de métier n’est pas d’aller sur les plateaux commenter les affaires”, a expliqué l’Élysée pour expliquer ce choix, selon des propos rapportés par L’Opinion ce lundi 5 avril. Mais en réalité, cette mise en retrait du président du Conseil Scientifique est intervenue après un coup dur porté par Emmanuel Macron. Au début de l’année 2021, l’immunologue de formation a martelé qu’un troisième confinement était nécessaire pour lutter contre le variant anglais qui a fait son apparition sur le territoire. Dans le même temps, le chef de l’État a, lui, préféré gagner du temps avant d’avoir recours à cette hypothèse, précisant qu’il ne voulait “pas être le président du 3e confinement.” Un discours à contre-courant des recommandations du scientifique, qui a été difficile à digérer pour l’intéressé.

“C’est un grand médecin et un grand scientifique qui n’avait jusqu’alors jamais été confronté à des remises en question, a fait savoir un ami de longue date de Jean-François Delfraissy. Ce dernier, qui a été victime d’une défiance au sommet de l’État, n’a en effet pas caché sa surprise de voir le gouvernement, et plus précisément le président, remettre en doute ses préconisations : “Il est surpris que son avis soit contesté.” Car il n’y a pas qu’Emmanuel Macron qui a été à l’encontre des propos de Jean-François Delfraissy. Comme l’ont rappelé nos confrères, “l’homme de 72 ans avait aussi contredit le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur la possibilité de vacciner l’intégralité de la population français d’ici août.”

“Son expérience et sa légitimité sont reconnues”, assure l’Élysée

Au fur et à mesure de la crise sanitaire, le président du Conseil scientifique, qui a toujours affiché sa volonté de “se détacher du pouvoir”, a découvert que le monde hospitalier était bien différent du monde politique : “Le monde hospitalier est très hiérarchique, les gens affichent une attitude respectueuse. Dans le monde politique, soudainement vos diplômes ne valent plus rien“, a résumé son vieil ami auprès de L’Opinion. Du côté de l’Élysée, l’entourage du chef de l’État a rappelé que ce qu’a prôné Jean-François Delfraissy étaient avant tout des “conseils”, et non pas des ordres : “Les recommandations sont des conseils, ce ne sont pas des injonctions pour l’exécutif.”

Selon les proches d’Emmanuel Macron, malgré quelques désaccords, le scientifique a continué à “échanger quotidiennement avec Anne-Marie Armanteras, la conseillère santé du président.” Son expérience et sa légitimité sont reconnues. Son rôle est d’assurer le consensus au sein du Conseil scientifique”, a fait savoir l’Élysée. En février dernier, Emmanuel Macron lui a d’ailleurs réitéré sa confiance en le reconduisant à la tête du Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet