Emmanuel Macron : cet enregistrement qu’il a fait détruire pendant la crise des Gilets jaunes

L’image d’un président est une chose à manier avec délicatesse. Pour éviter la faute diplomatique, Emmanuel Macron a fait détruire un enregistrement concernant la crise des Gilets jaunes pour ne pas empiéter sur la gravité d’une autre actualité le jour-même.

Le monde politique est plein de secrets. En immersion dans “la bulle Macron” pendant plusieurs mois, les journalistes Eliot Blondet et Paul Larrouturou ont sorti le 15 septembre leur ouvrage “Elysée Confidentiel”. Rebondissant sur ce livre, le nouveau numéro de Gala, en kiosque depuis le 16 septembre, révèle que le Président de la République a dû faire détruire des enregistrements contenant des déclarations sur la crise de Gilets jaunes. La cause de cette évaporation : l’incendie de Notre-Dame de Paris qui s’était déclaré le même jour. Le 15 avril 2019, Emmanuel Macron, pour ne pas mettre au second plan ce terrible incident, a donc chargé Arnaud Jolens de détruire le fichier. “Travailler l’image du président, c’est aussi savoir le cacher”, estime l’homme chargé de l’image du président dans “Élysée confidentiel”.

En 2018, Emmanuel Macron avait dû prendre en main les revendications des Gilets jaunes. Un dialogue pas toujours évidant qui avait alors obligé le président à prendre des pincettes sur ce sujet. En décembre de cette même année, alors qu’il était en déplacement au Puy-en-Velay, les Gilets jaunes ont mené une protestaion qui s’était clôturée avec la projection de cocktails molotov “Ils me tueront peut-être d’une balle« , avait alors déclaré le chef de l’État à nos confrères de l’Express.

Protéger l’image du Président, un travail de haute voltige

Ce n’est pas la seule fois qu’Arnaud Jolens a volé à la rescousse de l’image du Président. En novembre 2020, alors que la seconde vague du Covid a submergé l’Hexagone, le président avait appris qu’il était positif à la maladie dont tout le monde parle. En passe d’orchestrer une visioconférence importante dans la journée, il avait alors décidé de se par Arnaud Jolens pour que l’annonce ne fuite pas tout de suite et ainsi éviter la cohue : “Je vérifie moi-même que les portables des ministres leurs soient bien retirés (…) Tout le monde attendait les premières images du président malade et on ne pouvait pas se permettre une fuite, alors qu’on montait un évènement l’après-midi même”, confie à ce sujet Arnaud Jolens dans “Élysée confidentiel”.

Article écrit en collaboration avec 6médias

Crédits photos : Romain Gaillard/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet