Éric Zemmour, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan : qui se démarque dans la course aux parrainages ?

A moins de six mois de l’élection présidentielle, la course aux parrainages fait rage. Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen et Éric Zemmour, les candidats d’extrême droite et souverainistes sont nombreux à vouloir accéder à l’Elysée. Alors à ce stade, qui des trois candidats a su convaincre le plus d’élus ?

En France, l’obtention de 500 parrainages d’élus est une condition sine qua non pour se présenter à la présidentielle. À l’approche de l’élection qui se tiendra les 10 et 24 avril 2022, c’est le branlebas de combat ! Chaque camp politique se mobilise pour obtenir le nombre de signatures requis. Du côté de l’extrême droite et des souverainistes, trois candidats sont en lice : Nicolas Dupont-Aignan pour Debout La France, Marine Le Pen pour le Rassemblement national et Éric Zemmour, qui n’a pas encore officiellement annoncé sa candidature.

Ce mardi 2 novembre, à moins de six mois de l’élection présidentielle, Le Figaro fait un point d’étape. Selon nos confrères, Nicolas Dupont-Aignan compte plus de 300 parrainages, suivi de Marine Le Pen avec au compteur 285 signatures d’élus. Enfin, Éric Zemmour, qui a dépassé la barre des 250, est pour l’instant bon dernier d’après les informations de L’Opinion.

« Les élus locaux auront du mal à donner à quelqu’un de sulfureux »

Dans cette course aux parrainages, Éric Zemmour tenterait de couper l’herbe sous le pied de ses adversaires. Selon nos confrères de L’Opinion, l’entourage du polémiste rappellerait tous les maires qui ont parrainé Marine Le Pen et Nicolas Dupont Aignan. Selon nos confrères, son objectif est clair : les empêcher d’obtenir leurs 500 signatures.

Obtenir 500 parrainages peut poser de grandes difficultés aux candidats. En 2017, rappelons que Marine Le Pen avait obtenu que 627 signatures. Alors qu’un sondage Elabe pour BFMTV et l’Express, publié le 27 octobre, crédite Marine Le Pen de 19% d’intentions de vote et Éric Zemmour de 15 à 16%, les candidats d’extrême droit pourraient avoir du mal à obtenir leurs 500 parrainages. « Les élus locaux auront du mal à donner à quelqu’un de sulfureux », explique le politologue Bruno Cautrès dans les colonnes de l’Express ce 1er novembre. « Cela peut poser un problème à Éric Zemmour de ce point de vue car son profil est sujet à controverse, mais les élus locaux sont de grands serviteurs de la chose publique », assure-t-il.

Crédits photos : ROBERT FAGES / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet