EXCLU. Isabelle Carré : son tacle amer contre Emmanuel Macron

Dans une interview accordée à Télé Star et à retrouver en kiosques dès ce lundi 8 novembre, Isabelle Carré s’en est prise à Emmanuel Macron.

À l’affiche du film L’Enfant de personne (diffusé le 15 novembre 2021 sur France 2 à 21 heures 10), adapté du récit de Lyes Louffof Dans l’enfer des foyers, Isabelle Carré est montée au créneau pour lancer un appel à Emmanuel Macron. Au cours d’une interview accordée à Télé Star, magazine en kiosques dès ce lundi 8 novembre, la comédienne s’en est vivement prise au président de la République. "Emmanuel Macron a supprimé un ministère chargé de l’enfance pour ne créer qu’un simple secrétariat d’État (incarné par Adrien Taquet depuis le 26 juillet 2020, ndlr). Ça éclaire sur ses priorités", a-t-elle d’abord déploré. "Les foyers sont contrôlés en moyenne tous les vingt-six ans ! Faute de moyens mais surtout faute d’intérêt pour ces enfants. C’est pour cela que cet unitaire est formidable : ce n’est pas un film qui est fait sur eux mais avec eux."

Dans son livre, paru en 2014 et comme son titre l’indique, Lyes Louffok raconte avoir été ballotté de familles d’accueil en foyers dès sa naissance. Il dénonce le manque de soutien de l’Aide Sociale à l’Enfance. "Nous ne sommes que des cas sociaux, des dossiers plus ou moins épais", a-t-il notamment regretté. Depuis, il redouble d’efforts pour accompagner ces enfants que tout le monde semble oublier par le biais d’une association. Car, comme l’a évoqué Isabelle Carré dans nos colonnes, "70% d’entre eux sortent de l’école sans diplôme, un SDF sur quatre est un ancien enfant placé." Pire encore, "quand ils ont 18 ans, ils se retrouvent à la rue mais il n’y a aucun projet pour eux." Qu’en pensera Emmanuel Macron ?

Isabelle Carré : "il y a tout à faire"

Plus que tout, Isabelle Carré souhaite que le locataire de l’Élysée prenne des dispositions pour venir en aide aux enfants placés en foyers ou en familles d’accueil. Elle dit souhaiter "que l’État se penche réellement sur le sujet sans y aller avec les rustines. Que les enfants puissent avoir des avocats, un contre-pouvoir à l’administration et que les contrôles aient vraiment lieu, avec des emplois dans les foyers les plus valorisés. " Elle insiste : "il y a tout à faire, en fait."

Interview à retrouver en intégralité dans votre magazine Télé Star en kiosque et en version numérique ce lundi 8 novembre.

Source: Lire L’Article Complet