Flashback – Charlene de Monaco pas faite pour être princesse ? Les mots durs de Stéphane Bern

Absente du Rocher depuis mai dernier, le séjour prolongé de Charlene de Monaco en Afrique du Sud a suscité bon nombre de fantasmes et interrogations. Mariée au prince Albert depuis 10 ans, l’ancienne nageuse a dû batailler pour se faire une place. Avant qu’elle ne devienne princesse, Stéphane Bern a eu des mots très durs envers elle.

Elle fait partie de celles qui ont dû s’armer de patience avant de se faire accepter par le gotha. À l’image de Diana la mal aimée ou de Meghan Markle l’insoumise, Charlene de Monaco, née Wittstock, a souvent été perçue comme une épouse froide et énigmatique. Au début de sa relation avec le prince Albert II de Monaco, qui a mis du temps avant de se lancer pour demander la main d’une femme, l’ancienne nageuse sud-africaine a dû surmonter les moqueries et les critiques de toutes parts. Et ce, bien avant son mariage avec le fils de Grace Kelly, que certains ont pensé arrangé. Stéphane Bern fait partie de ceux qui émis de sérieux doutes au sujet de Charlene Wittstock et de sa capacité à intégrer la famille princière monégasque.

Dans une interview accordée au journal suisse Le Matin, en 2009, l’animateur de Secrets d’Histoire, qui s’intéresse de près aux actualités du gotha, a estimé que l’ancienne nageuse de haut niveau avait encore beaucoup d’efforts à fournir avant de pouvoir prétendre au titre de “princesse de Monaco”. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas mâché ses mots à son sujet : “Il y a encore beaucoup de boulot“, a-t-il estimé, avant d’ajouter que “lorsqu’on discute avec elle, on est face à une Laure Manaudou.” Sous-entendu, à ses yeux, Charlene Wittstock était davantage promise à un destin de sportive, et en aucun cas de princesse.

Malgré les mots durs dont elle a fait l’objet, l’intéressée, qui est absente du Rocher depuis mai dernier, a toujours fait bonne figure. Au-delà de ses sujets de discussion pas assez princiers, Charlene présentait d’autres lacunes aux yeux de Stéphane Bern : la barrière de la langue (elle ne parlait pas français, ndlr), son style vestimentaire pas digne de l’épouse d’un souverain ou encore sa religion (elle était protestante et non catholique à l’origine, ndlr). Par amour pour son prince, Charlene de Monaco a accepté de faire des concessions, tout en essayant de rester la même au plus profond d’elle-même. “Aujourd’hui, j’ai une vie très privilégiée et j’essaie de l’optimiser. Je sais qui je suis, d’où je viens et je ne veux jamais l’oublier“, a-t-elle affirmé, dans les colonnes de Point de vue, en 2009.

Le prince Albert a fini par se lancer et épouser Charlene

Longtemps, le frère des princesses Stéphanie et Caroline, qui a connu d’autres femmes avant Charlene, s’est montré hésitant face au mariage et à l’engagement qu’une telle décision impliquait pour lui : “L’essentiel pour moi, c’est d’épouser une femme que j’aime, mais – aussi parce que la passion amoureuse finit par s’estomper – une femme dont je partagerais les goûts, les jugements, une femme qui aime rire. Une femme qui ait derrière elle un métier, pourquoi pas, en tout cas une certaine expérience de la vie qui l’aidera dans l’exercice de ses fonctions ici“, a listé le fils du prince Rainier, dans Madame Figaro, en 1994. Et de souligner : “Je n’ai pas vocation à jouer les Pygmalion.”

Après des années d’hésitation et de doute, le prince Albert de Monaco a finalement annoncé ses fiançailles avec Charlene Wittstock, le 23 juin 2010, par la voix d’un communiqué officiel. “Je sais que la population monégasque était dans l’attente de ce moment (…) Je souhaite que Charlene, qui aime Monaco et qui en a déjà une bonne connaissance, en comprenne toutes les spécificités afin de s’intégrer pleinement dans la vie de mon pays“, a-t-il déclaré, le lendemain de la grande annonce, à nos confrères de Nice-Matin. Elle était la femme qu’il attendait.

Charlene, elle, a rapidement pris conscience de l’importance du rôle qu’elle allait devoir assumer : “J’ai conscience des responsabilités que mon statut officiel m’impose. Je vais continuer à me familiariser chaque jour avec les us et coutumes de la principauté, le protocole et les règles du palais afin de me préparer au mieux à accomplir la mission que le prince me confiera à ses côtés, a-t-elle prévenu, dans une interview accordée à Nice-Matin, en juillet 2010. Malgré les rumeurs humiliantes portant sur la fertilité de l’ancienne sportive, Charlene de Monaco a donné à son époux deux beaux enfants, nés en décembre 2014. Une manière de tordre le cou aux rumeurs qui prétendaient qu’elle n’était pas faite pour une vie de princesse…

Crédits photos : Pool Monaco / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet