Flavie Flament se confie: "j'ai subi des violences conjugales"

La journaliste prête sa voix à un documentaire sur les violences conjugales. Un drame qu’elle a personnellement vécu.

  • Flavie Flament
  • Benjamin Castaldi

Interrogée par le magazine Ciné Télé Revue, dans son édition du 18 novembre 2021, la journaliste Flavie Flament explique son choix d’avoir participé à un documentaire consacré aux violences conjugales, diffusé sur la chaîne télévisée belge AB3, lundi 22 novembre, « crime conjugal: pourquoi ont-ils tué leur femme? ». Elle y « raconte » notamment le drame vécu par Marie Dupuy, tuée à 28 ans de 18 coups de couteaux par son compagnon. Selon la journaliste, si ces violences ont toujours existé, elles sont plus visibles aujourd’hui. « La société est plus à l’écoute », déclare l’auteure de « la consolation », son livre autobiographique dans lequel elle racontait avoir été violée par le photographe David Hamilton. « J’ai été victime d’un viol à l’âge de 13 ans et j’ai subi des violences conjugales. J’en ai fait un livre qui s’appelle ‘Les chardons’, (ndlr: 2011, éditions Cherche Midi). Donner un éclairage supplémentaire en portant le documentaire de cette histoire est ma façon d’apporter ma modeste pierre à l’édifice », confie Flavie Flament. La journaliste explique aussi avoir voulu mettre sa notoriété au service de cette cause. « Sur les violences sexuelles faites aux enfants, cela a abouti à une loi« , rappelle-t-elle. En effet, le seuil de non consentement a été fixé par la loi d’avril 2021 à l’âge de 15 ans, et non 13 ans comme prévu initialement. Avec d’autres personnalités, Flavie Flament avait oeuvré pour faire changer le texte.

Fière de ces deux fils, féministes

Dans sa vie privée, l’ex-compagne de Benjamin Castaldi explique combien cette question est au coeur de l’éducation qu’elle donne à ses deux fils, « féministes ». Leur faire comprendre la notion de consentement est absolument central. « C’est un discours que j’ai toujours tenu à mes fils. Ils ont été élevés par une mère qui leur a démontré qu’en aucun cas ils n’allaient avoir la voix plus haut qu’une femme parce qu’ils étaient des mecs ». La mère d’Antoine et Enzo s’inquiète aussi des risques de dérives.« Il faut faire attention. on a une génération de jeunes garçons complètement paumés dans leurs rapports aux filles parce qu’ils ont l’impression que le moindre geste va être synonyme de dérapage. » Un juste milieu difficile à trouver.

A lire aussi: “On s’est fait manger par le système” : Benjamin Castaldi revient sur sa rupture avec Flavie Flament

Source: Lire L’Article Complet