Flavie Flament violée à 13 ans : elle délivre un message poignant aux victimes

Il y a trois ans, Flavie Flament publiait le livre La consolation, dans lequel elle revenait sur ses viols lorsqu’elle était adolescente, par le photographe David Hamilton. Aujourd’hui en paix, l’animatrice a accordé une interview à Yahoo pour faire le point.

Flavie Flament se met à nu. Alors qu’elle avait révélait en 2016 avoir été violée à l’adolescence par le photographe David Hamilton lors de séances photos , l’animatrice avait choisi de raconter son histoire dans le livre témoignage La consolation. Aujourd’hui plus forte, celle qui présentera L’atelier, dès le 9 novembre prochain sur M6 a expliqué à Yahoo qu’elle était désormais en paix et a rappelé que l’on pouvait se sortir de ce genre de cauchemar.

« Il y a quelqu’un pour prendre ta défense »

L’animatrice de 45 ans s’est confiée sur sa reconstruction, trois ans après ses révélations douloureuses. « Je n’y pense pas tous les jours, mais ça fait partie de moi, a-t-elle déclaré.Il y a des moments où j’y pense, je m’attarde dessus, mais sans souffrance. La grande différence, c’est que je ne souffre plus du tout de ça ». Elle a tenu à préciser, qu’elle n’aurait cependant rien pu faire différemment : « Il faut comprendre qu’un enfant ne peut pas parler. Peut-être que la société d’aujourd’hui aurait pu faire des choses pour moi qu’elle n’a pas faite à l’époque. Moi à l’époque, j’ai 13 ans, je suis violée par un photographe mondialement connu, tous les parents et toutes les gamines rêvent un jour de rencontrer David Hamilton… On est dans une société où le soir avant de regarder le journal de 20 heures, t’as des chanteuses qui montrent leurs seins, et finalement, on est dans les années 80, ce n’est pas du tout la même société. Donc moi, j’aurais rien pu changer.  »

>> Flavie Flament « effarée » par « l’effroyable banalité » des viols de mineurs

L’occasion pour Flavie Flament d’inviter la société à en faire davantage :« En étant juste à l’écoute, en essayant de repérer les symptômes, en soutenant, en expliquant à un enfant que la honte n’est pas de son côté, elle est du côté de son agresseur. C’est la société qui a changé, mais un enfant ne change pas, il reste toujours dans son innocence ». L’animatrice a terminé par un message pour les enfants : « Voilà ce que je voudrais dire à des enfants. Il y a quelqu’un pour prendre ta défense. Il faut juste que tu l’identifie. Parfois, c’est même une personne inconnue, mais ce qu’il t’arrive n’est pas normal, tu n’y es absolument pour rien, mais il y a quelqu’un qui va pouvoir t’aider ».

Source: Lire L’Article Complet