Fleur Pellerin : retour sur le limogeage « très violent » de l’ancienne ministre de la culture

En 2016, Fleur Pellerin perdait son poste de ministre de la Culture. À l’époque, la femme politique, dont la relation avec François Hollande n’était pas au beau fixe, n’avait pas été épargnée par le remaniement du président.

La nouvelle l’avait désarmée. En 2016, 45 minutes avant l’annonce officielle, Fleur Pellerin, que fête ce dimanche 29 août ses 48 ans, apprenait qu’elle avait perdu son poste de ministre de la Culture. Sans avoir eu le temps de digérer l’information, la femme politique était confrontée quelques jours plus tard à Cyrille Eldin, chroniqueur du Grand Journal, qui lui avait lancé : « Bonjour madame la ministre, ou peut-être au revoir ? » Il faut dire que la ministre n’avait pas vu venir son nom dans le remaniement de François Hollande cette année-là. « C’est vrai, c’est très violent, un remaniement », avait déclaré l’ancien président dans le livre Un président ne devrait pas dire ça.

Si les relations entre les deux personnalités n’était plus aussi chaleureuses, François Hollande a toutefois confié à Fabrice Lhomme et Gérard Davet que Fleur Pellerin « n’a pas démérité », évoquant un milieu « très dur, très exigeant, très ingrat » et assurant ne pas avoir pris cette décision seul. Des spéculations sont d’ailleurs allées bon train au sujet de l’éventuelle influence de Julie Gayet, connue pour être proche de la nouvelle ministre de la Culture, Audrey Azouley. Une théorie en laquelle ne croit pas Fleur Pellerin.

Un ministre conseillée « d’aller voir Jack Lang »

Fleur Pellerin, qui s’est exprimée à plusieurs reprises sur Twitter sur la perte de son poste, s’était confiée à L’Obs une semaine après l’annonce de son éviction. Dans les colonnes du journal, l’ancienne ministre avait dénoncé « un milieu parisien, autocentré » et critiqué la vision de la culture de François Hollande, tournée « vers la préservation des positions acquises » et ne souhaitant pas « faire bouger les lignes ». S’il est arrivé à Fleur Pellerin de commettre quelques gaffes durant son mandat, elle a toutefois été décrédibilisée dans le documentaire d’Yves Jeuland, Un temps président. La ministre était conseillée par François Hollande « d’aller voir Jack Lang […] qui a des idées ». Au micro de France Inter, ce dernier avait d’ailleurs estimé que l’éviction de Fleur Pellerin manquait de « sens humain ». Loin de l’Élysée, celle-ci s’est aujourd’hui réinvestie dans les affaires.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Bruno Bebert / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet