Gérald Kierzek ne décolère pas contre Martin Hirsch : “J’hésite entre j’ai mal ou j’ai honte !”

La sortie de Martin Hirsch sur les non-vaccinés n’a pas fini de faire polémique. Et Gérald Kierzek ne décolère pas contre le directeur de l’AP-HP. « J’hésite entre j’ai mal ou j’ai honte ! », a-t-il insisté.

Invité dans C à vous, Martin Hirsch a relancé le débat sur la prise en charge payante des non-vaccinés à l’hôpital, le mercredi 26 janvier. De quoi remettre le feu aux poudres. Vivement critiqué par les spécialistes de santé, le haut fonctionnaire de 58 ans a également surpris quelques politiques, parmi lesquels Anne Hidalgo. Mais c’est probablement Gérald Kierzek qui s’est le plus exprimé suite à sa sortie. Après avoir atomisé Martin Hirsch, le médecin urgentiste ne décolère pas. « J’hésite entre j’ai mal ou j’ai honte« , a fait savoir celui qui persiste et signe.

« Et donc avant de se poser la question de soigner gratuitement ou non les non vaccinés, l’APHP ferait mieux de gérer les vrais problèmes, a écrit Gérald Kierzek. Dans AP-HP, il y a Assistance ! » Déplorant visiblement le fait que ses dirigeants soient avant tout des gestionnaires et « non des médecins ou des professionnels de santé« . Il a ainsi continué sur le sentiment ressenti après la sortie de l’ancien président de l’Agence du service civique. « Le serment d’Hippocrate est fondamental pour prodiguer nos soins sans discrimination, a-t-il expliqué. La solidarité, principe fondateur de la sécurité sociale, l’est tout autant. De même que l’égalité et la fraternité devises républicaines. » « J’hésite entre j’ai mal ou j’ai honte« , a conclu le médecin, très en colère.

Le serment d’Hippocrate est fondamental pour prodiguer nos soins sans discrimination. La solidarité, principe fondateur de la sécurité sociale, l’est tout autant. De même que l’égalité et la fraternité devises républicaines. J’hésite entre j’ai mal ou j’ai honte.

« L’abbé Pierre doit se retourner dans sa tombe »

À propos de ces déclarations sur la prise en charge payante des non-vaccinés à l’hôpital, Gérald Kierzek s’était déjà emparé de son compte Twitter pour charger Martin Hirsch. « L’abbé Pierre doit se retourner dans sa tombe », s’était-il indigné. Martin Hirsch était l’ancien président d’Emmaüs France avant d’être élu haut-commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté sous le deuxième gouvernement de François Fillon.

Crédits photos : CHRISTOPHE CHEVALIN

Autour de

Source: Lire L’Article Complet