Harry et Meghan parents : leur fille Lilibet Diana victime de remarques racistes

Action, réaction. Julie Burchill, une chroniqueuse du Telegraph britannique, auteur d’une série de tweets douteux après la naissance de Lilibet Diana en a payé les conséquences. Elle a révélé avoir été remerciée par le journal…

Meghan Markle

Harry d’Angleterre

C’est à la fin du week-end dernier, le 6 juin, que le prince Harry et son épouse Meghan Markle ont annoncé la naissance de leur deuxième enfant, une petite-fille joliment prénommée Lilibet ‘Lili’ Diana en l’honneur de son arrière-grand-mère et de sa défunte grand-mère. Les messages de félicitations des admirateurs des Sussex n’ont évidemment pas manqué de suivre l’annonce de l’heureux événement, souhaitant à la petite famille le plus grand des bonheurs. Mais la nouvelle a aussi permis aux détracteurs du couple d’exilés royaux de se moquer s’en donnant à coeur joie sur les réseaux sociaux.

Naissance et fin d’une polémique

Ils ont raté le coche, ils auraient dû l’appeler Georgina Floydina“, a écrit une chroniqueuse du Telegraph Julie Burchill dans un message depuis supprimé. Cette dernière a également retweeté un mème mettant en scène la duchesse et le duc de Sussex. “Les fiers parents Harry et Meghan annoncent que leur nouveau bébé Georgina Floydina a signé son premier contrat avec Netflix”, pouvait-on lire sous une photo du couple souriant. Une évocation de très mauvais goût de l’affaire George Floyd, l’homme afro-américain abattu par le policier Derek Chauvin le 25 mai 2020 et qui avait entraîné une vague de contestation aux Etats-Unis. La chroniqueuse a ensuite échangé avec une autre internaute toujours sur le même ton, provocant la colère de nombreux Twittos. Cette colère n’est pas restée sans effet…

Sur son compte Facebook la chroniqueuse a révélé avoir été virée du journal : “Ça a été cinq merveilleuses années et je leur serai toujours reconnaissante d’avoir mis fin à ma traversée du désert. Cependant, je mentirais si je disais que je ne me suis pas souvent plainte à mon mari récemment à propos du fait qu’ils rejetaient toujours mes idées de chroniques avant-gardistes et m’en donnaient de plus prosaïques – que j’ai traitées à merveille quoi qu’il en soit“, a-t-elle déclaré avec un certain aplomb. Le biographe des Sussex, Omid Scobie, a quant à lui confirmé sur Twitter que les tweets polémiques et le refus de s’en excuser étaient bien la cause du licenciement de Julie Burchill.

A spokesperson for The Telegraph confirms that Julie Burchill no longer works for the paper. A source confirms that she was fired following her racist tweets about the Sussexes’ second child (and refusal to apologise for them).

Source: Lire L’Article Complet