How I Met Your Mother : Josh Radnor (Ted Mosby) donne des explications sur le final controversé

Josh Radnor sait que le final de How I Met Your Mother n’a pas plu à tous les fans. L’acteur qui interprète Ted Mosby est revenu, sept ans plus tard, sur le triste scénario.

Les fans de How I Met Your Lother auront certainement toujours en tête le final du feuilleton américain. En 2014, le visage de la mystérieuse femme de Ted Mosby était enfin relevé. Le meilleur ami de Marshall Eriksen (Jason Segel) et de Barney Stinson (Neil Patrick Harris) avait fini par trouver la femme parfaite après plusieurs échecs amoureux. Malheureusement, le célèbre architecte révèle que son épouse, atteinte d’un cancer, disparaît quelques années plus tard. Ni une, ni deux, après avoir eu l’autorisation de ses deux enfants, Ted Mosby ira se jeter dans les bras de son premier amour, Robin Scherbatsky (Cobie Smulders). Une scène qui a choqué les téléspectateurs nombreux à demander alors, une nouvelle fin. Plus de sept ans plus tard, la conclusion de la série télévisée fait encore parler. L’interprète de Ted Mosby, Josh Radnor sait pourquoi celle-ci a autant été controversée. Au micro de l’humoriste Bob Saget, dans son podcast Here For You, l’acteur revient sur ce douloureux évènement.

Je pense qu’il faut plus de temps

La colère est une émotion plus facile que le chagrin, estime Josh Radnor. Les gens étaient plus à l’aise avec le fait d’être en colère qu’avec celui d’être triste. Les gens étaient tristes de voir leur programme préféré s’arrêter, et ils étaient tristes que ça ne se termine pas comme ils le souhaitaient. Les créateurs de la série voulaient que les gens ressentent un sentiment de tristesse, ou de perte, et tout le monde n’était pas prêt pour ça. Malgré le final tragique, le comédien pense que la série restera un succès : “Je pense qu’il faut plus de temps. Je n’ai pas l’impression du tout que le final ait atténué l’enthousiasme ressenti pour la série. En fait, je trouve que le show, de manière générale, est plus dans l’air du temps qu’il ne l’a jamais été, conclut-il.

Source: Lire L’Article Complet