“Il est devenu totalement anachronique” : Martin Blachier durcit le ton contre le pass vaccinal

Opposé au pass vaccinal, Martin Blachier reste campé sur ses positions. Invité de Ça vous regarde sur LCP, ce mercredi 19 janvier 2022, l’épistémologiste déplore un système « totalement anachronique ».

Pour Martin Blachier, celui-ci arrive trop tard. Formellement opposé à l’adoption du pass vaccinal, l’épidémiologiste de 36 ans enfonce le clou : « le pass vaccinal ne servira à rien« , persiste-t-il. Invité dans Ça vous regarde sur LCP, ce mercredi 19 janvier 2022, l’acolyte de Gérald Kierzek est revenu l‘inefficacité de ce pass sanitaire, transformé en pass vaccinal : « Il est devenu totalement anachronique », a-t-il maintenu. Et pour cause, « Nous sommes au sommet de la vague Omicron, et on constate qu’elle n’a pas beaucoup impacté nos services hospitaliers« .

Alors que le gouvernement craignait une cinquième vague mortelle, le variant Omicron laisse finalement naître un vent d’optimisme chez Martin Blachier et ses confrères épidémiologistes : « à l’inverse, il a réimmunisé une bonne partie des Français, ce qui nous laisse apercevoir, en effet, la fin de la crise », poursuit-il. Persuadé que le pass vaccinal n’est pas le bon outil, le père de 6 enfants persiste et signe : « Déjà on a du mal à imaginer qu’on conserve ce pass vaccinal jusqu’à l’hiver 2022 alors qu’on aura eu 6 mois de fin de la crise, d’autant que la plupart des pays autour de nous sont en train de l’abandonner. Je pense surtout que le vocable du président de la République a créé des résistances dans la population pour la vaccination », a-t-il assuré.

#PasseVaccinal : "Je ne pense pas que ce soit le bon outil. (…) Ce passe est devenu totalement anachronique", dit @MartinBlachier.#CVR pic.twitter.com/K0KXm8jEQ8

Martin Blachier : « ses annonces qui arrivent trop tard »

Radical sur la pandémie, l’épidémiologiste de 36 ans d’ordinaire rassuriste blâme au passage, les récents propos polémiques du président de la République Emmanuel Macron : « on va mettre pas mal de temps avec des vraies politiques de santé publique à dépasser ses résistances qui ont été créées par les annonces du président et ces annonces qui arrivent trop tard ».

Selon le spécialiste en Santé publique et médecine sociale, l’après Covid n’est pas à prendre à la légère : « la question est : est-ce qu’on aura besoin de ce passe vaccinal pour gérer le post-crise ? La réponse est simple, on aura besoin d’outils pour optimiser la couverture vaccinale de toutes les maladies respiratoires, pas que la Covid mais aussi les grippes et pneumonies bactériennes avant l’hiver 2022″, a-t-il affirmé.

Le but ? « avoir une population fragile qui sera mieux vaccinée« , mais également « éviter que nos services hospitaliers ne soient encombrés par des patients âgés et fragiles qui sont atteints par ces maladies-là ».

Crédits photos : © Jean Brice Lemal

Autour de

Source: Lire L’Article Complet